Avec « The Frozen Wilds », Guerrilla Games nous offre ici la première (et dernière ?) extension d’Horizon Zero Dawn.

A la rencontre des Banuks

Dans The Frozen Wilds, Aloy sera amené à voyager vers les terres glacées du nord, pour rencontrer un peuple dont on ne sait que très peu de choses et qui a été peu développé dans l’arc principal d’Horizon Zero Dawn : les Banuks.

C’est après avoir constaté la virulence des machines dans ces lieux glacials, qu’Aloy voulut rencontrer les chefs de ce peuple nomade. Très vite, Aloy, accompagné de quelques Banuks, devra percer les mystères de cette nouvelle corruption mécanique.

Ces quelques lignes résument le scénario de The Frozen Wilds, qui il faut bien le dire n’est pas folichon. Personnellement j’avais été vraiment épaté par la qualité de l’histoire d’Horizon Zero Dawn et sa fin qui laissait entrevoir pas mal de possibilités mais qui laissait également pas mal de questions en suspens.

Cette extension, apporte une petite information sur une question qu’aurait pu se poser les joueurs (personnellement je ne me la suis pas posé) … mais en laisse d’autres sans réponses. C’est bien dommage, car elle aurait pu servir de transition à une hypothétique suite. Au contraire, ce DLC nous laisse plutôt sur notre faim.

L’Aloy de la nature

The Frozen Wilds ajoute une toute nouvelle zone, au nord-est, nommée La Plaie. Ce n’est pas parce qu’il y a de la neige partout, que les décors de cette extension ne sont pas variés. L’équipe de Guerrilla Games arrive avec brio, à nous proposer une nouvelle zone dont chaque partie se suit mais ne se ressemble pas.

Les effets météorologiques sont superbes, dans la veine d’Horizon Zero Dawn avec l’ajout en plus de magnifiques aurores boréales et de tempêtes de neige. Les effets sont saisissants ! Tout comme les réflexions d’Aloy (« je crois que j’ai de la neige entre les dents ») ou ses attitudes (quand elle se chauffe le corps avec ses mains) qui nous placent immédiatement dans l’ambiance et le contexte.

Côté direction artistique, il n’y a rien à redire (même sur PS4 non « pro »). En revanche, The Frozen Wilds ne corrige pas les erreurs passées notamment sur la synchronisation labiale des personnages. Pour un jeu et une extension dont le scénario est censé être l’un des atouts majeurs, c’est quand même décevant.

Obsolescence programmée ?

Pour prétendre avoir accès à ladite nouvelle zone, il faudra atteindre au moins le niveau 30. Sachez toutefois qu’il vous sera difficile de terminer l’aventure de ce DLC sans être au niveau 50, niveau maximum dans Horizon Zero Dawn. L’extension repousse cette limite à 60.

Vous vous en doutez, ce n’est pas la seule nouveauté. Afin de combattre ces machines corrompues, Aloy disposera d’un tout nouvel arsenal : le rail de glace le foudroyeur et le souffle de forge. Leurs noms évoquent assez facilement les 3 éléments principaux du jeu : glace, foudre et feu. Via des quêtes annexes, il sera même possible de les améliorer à leur niveau maximum. L’ajout de ses armes dévastatrices permet de proposer aux joueurs une nouvelle façon de jouer et de tuer les nouvelles machines démoniaques.

En revanche, une fois dans les mains, on a vraiment l’impression qu’elles rendent l’arc totalement obsolète bien que l’on puisse en acheter trois nouveaux en échange de cristaux bleus, une nouvelle monnaie introduite dans ce DLC. On peut les ramasser en quantité limitée ou en obtenir en terminant des quêtes annexes.

Si vous retrouverez quelques vieilles connaissances (veilleur, hautes-pattes, cracheur boursouflé, etc.), vous rencontrerez également trois (en fait deux) nouvelles machines : les grilleuses et les griffes de feu ou de gel. Ces derniers ressemblent à des ours… façon mécha.

Toutefois dans les montagnes Banuks, toutes les machines rencontrées sont corrompues. La faute à un Daemon dont vous en apprendrez plus au court de l’histoire. Ne vous étonnez donc pas de rencontrer quelques tours qui d’une part désactive votre armure mais qui d’autre part régénère ces machines démoniaques. A vous de les désactiver sans vous faire repérer … ou après avoir fait le ménage.

Vous pourrez compter également sur vos nouvelles compétences, regroupées dans un tout nouvel arbre : la Voyageuse. Dans les nouveautés, signalons-le fait de pouvoir attaquer une machine en chevauchant sa monture mais également le fait de pouvoir réparer une machine alliée avec des éclats de métal. Ces derniers peuvent d’ailleurs être obtenus en décomposant les ressources que vous possédez (si jamais vous en avez trop… ce qui arrive bien trop souvent…)

En difficulté normale ou facile, il vous faudra entre 6 et 7 heures pour boucler l’histoire de cette extension. Ajouter encore 4 à 5 heures pour finir l’ensemble des quêtes annexes, didacticiels et obtenir par la même occasion la plupart des trophées du jeu. Pour une extension, le contenu est quand même assez conséquent, et arrive à ne pas être trop redondant avec celui d’Horizon Zero Dawn.

Une extension indispensable ?

The Frozen Wilds est une extension finalement dispensable même pour les fans de la licence. Avec la pléthore de jeu disponible pour ce dernier trimestre 2017, il ne serait pas étonnant de constater des ventes moins bonnes que prévues.

Le scénario laisse plus de questions en suspens qu’il n’apporte de réponses, et n’arrive pour le coup à faire patienter les joueurs quant à l’annonce d’une éventuelle suite.

Maitrisant parfaitement son moteur graphique, Guerrilla Games étale son savoir-faire en proposant des environnements sublimes, entourés de magnifiques effets, parfois entachés d’une synchronisation labiale qui fait défaut au jeu depuis le début. Son contenu riche et ses nouvelles armes, permettant un gameplay renouvelé, permettent de contrebalancer ces défauts.

Si Horizon Zero Dawn est désigné comme GOTY 2017 par les Game Awards, ce ne sera certainement pas grâce à son extension, que l’on oubliera assez vite, contrairement au titre en lui-même.

Points positifs :

  • Visuellement toujours aussi beau
  • Des nouvelles armes sympathiques
  • Un contenu assez conséquent
  • Les nouvelles machines

Points négatifs :

  • Histoire un peu inutile
  • Synchronisation labiale
  • Quelques phases de gameplay scénaristique qui s’éternisent
  • Trop peu de place pour les ressources.
Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Email this to someone

Laisser un commentaire sur cet article