Mighty no 9 la suite spirituelle de Megaman 8 vient enfin de sortir après de multiples reports. Alors Mighty no 9, c’est mieux que rien ?

Une grosse campagne Kickstarter

Une introduction bien fade
Vous ne le savez peut être pas, mais Mighty no 9 est né sur la plateforme collaborative Kickstarter le 1er Septembre 2013. Cette campagne initiée par Comcept USA (l’éditeur du jeu) a atteint quand même la somme (exacte) de 3 845 170$ pour plus de 67000 contributeurs, ce qui est, il faut bien l’avouer énorme.

De plus quand on sait que le développement s’est déroulé par le studio Inti Creates, sous la houlette de Keiji Inafume (celui qui se considère comme le père fondateur de Mégaman), on pourrait s’attendre à quelque chose dans la lignée de l’homme robot.

Mais il faut avouer qu’on est vraiment loin de tout ça et je vous explique pourquoi ci-dessus. Toutefois comme le disait si bien Keiji Inafume (du moins c’est ce que le traducteur Ben Judd a compris), « c’est mieux que rien ». Pas si sûr que les contributeurs au projet Kickstarter le voit comme ça surtout quand on sait que le lancement a été laborieux (codes de DLC envoyés aux contributeurs à la place du jeu, code du jeu qui faisait bricker la Wii U, etc.)

Beck, le gentil petit robot

Beck, Mighty number 9 !
Vous contrôlez Beck, l’un des Mighty Numbers, une unité de combat d’élite chargé d’enquêter sur la propagation d’un virus qui a transformé les robots gentils en robots tout pas beau méchants et pas sympas du tout. Beck est considéré comme le n°9 (d’où le titre du jeu vous l’aurez compris) et il devra sauver les Mighty Numbers 1 à 8.

Dans ce jeu de plateformes, on retrouve des commandes classiques telles que pour sauter, et pour tirer. La touche quant à elle est utilisé pour réaliser des dashs mais aussi pour récupérer les Xels, la source d’alimentation principale des robots. Toutefois le dash devra être réalisé à un moment précis. C’est à dire qu’il faudra affaiblir l’ennemi avant d’appuyer sur . Si vous attendez trop, il régénéra sa vie. Si vous réalisez le dash au bon moment vous obtiendrez un taux d’absorption de 100%. Si vous lui tirez trop dessus vous obtiendrez un taux plus bas. C’est une idée assez originale pour éliminer les ennemis et acquérir des bonus temporaires.

Réussir une absorption parfaite permet de faire monter le compteur de combos. Ce combo ne retombe pas à 0 si vous subissez des dégâts. En effet il se repart du début si vous réalisez une absorption inférieure à 100%. A noter que vous pouvez également éliminer les ennemis en leur tirant continuellement dessus (ils deviendront de plus en plus rouges et exploseront).

En absorbant les Xels de l’ennemi vous pouvez parfois acquérir des pouvoirs, comme la capacité de courir plus vite ou de réaliser des tirs plus gros, etc. Ces capacités ont une durée d’utilisation mais sont parfois bien utiles contre les boss.

Le dernier boss du jeu est moche !
Ce jeu se veut être le digne successeur de Megaman et pour cause on retrouve quelques mécaniques de gameplay. La première grosse inspiration sur Megaman (et notamment Megaman X) est sur l’attribution des pouvoirs de Beck. En effet à chaque que celui-ci ramène à la raison l’un des Mighty Numbers, il gagne son pouvoir.

Comme dans la série des Megaman, le pouvoir d’un Mighty Number est souvent une faiblesse pour un autre. Du coup il convient de choisir le bon ordre dans lequel effectuer les niveaux. Toutefois une rubrique conseils vous explique déjà quel pouvoir est le plus adéquat pour tel niveau… Trop facile ? Non ! En effet le jeu est assez difficile notamment à cause du déplacement lourd de Beck. Certains passages se font très vite tandis que vous pouvez passer du temps sur un autre. En plus de ça certains boss peuvent vous tuer en un seul coup. Heureusement (et encore que…), on peut définir le nombre de vies que l’on veut avoir par niveau (de 1 à 8). Ce choix n’est toutefois pas disponible à partir de la difficulté « difficile ». Car oui on peut en plus choisir la difficulté du jeu.

Beck doit retrouver chaque Mighty Numbers dans un niveau qui leur est propre (8 niveaux donc). Toutefois il y a en tout et pour tout 12 niveaux (un niveau d’introduction, 8 niveaux pour les Mighty Numbers et 3 niveaux finaux). Hélas malgré les thèmes de chacun d’entre eux (mine, complexe militaire, )

Des décors fades, sans vie…

Les décors sont vides
Après avoir été repoussé plus d’une fois et avoir fait attendre les contributeurs, on aurait pu penser que le studio peaufinait son jeu. Mais il n’en est rien. Même si le gameplay n’est pas mauvais et qu’il y a de bonnes idées, on ne peut pas en dire autant des graphismes. Les décors des différents niveaux sont vides, redondants et franchement cela aurait été acceptable sur PS One (et encore) mais sur consoles capables d’afficher des graphismes en haute définition, c’est vraiment inacceptable. Sérieusement, où sont passés les 4 millions de dollars ?

Sur les 12 niveaux présents dans le jeu, ce ne sont pas les thèmes qui ont inspirés les développeurs. On peut considérer que Mighty no 9 aurait fait un excellent concurrent à Megaman sur l’époque 8bit mais aujourd’hui même la Megaman Legacy Collection est plus intéressante.

On a vraiment l’impression que le studio Inti Creates a sorti le jeu parce qu’il fallait le sortir, faute aux trop nombreux retards d’une campagne initiée je le rappelle presque 3 ans plutôt.

Pourtant réalisé avec l’Unreal Ungine, les décors prennent à trouver de la crédibilité et de la clarté alternant passage facile et passage tendus ou vous pouvez mourir en un coup.

Les ennemis tombent comme des mouches et sont peu diversifiés. C’est simple, on retrouve quasiment les mêmes ennemis dans tous les niveaux. Là encore l’inspiration n’était pas au gout du jour.

Quant à l’ambiance générale du titre, elle suit le même chemin. Même si le studio a fait l’effort de proposer un doublage Français, les voix sont à la longue vraiment ennuyantes d’autant que tout ce que les personnages disent est sans vraiment aucunes surprises. Dès le début du jeu on connaît presque l’issue du scénario. Les personnages manquent cruellement de charisme hormis peut-être les Mighty Numbers et encore pas tous.

Enfin la bande originale est digne des musiques de répondeur, c’est chiant à mourir. Bref le jeu n’arrive pas à nous surprendre et au final on s’ennuie vraiment.

Des chiffres partout !

Plein de challenges disponibles !
En plus du mode solo qui se finit entre 4 et 5 heures en mode normal (le seul mode que vous pouvez choisir au début du jeu), vous débloquerez au fur et à mesure des challenges. Certains se font seuls, d’autres en coopération. Au final on vous impose un objectif mais on vous impose également des compétences. Par exemple vous devrez terminer un challenge rapidement en n’utilisant que le dash. Un autre challenge vous oblige à éliminer tous les ennemis dans le temps imparti. Vous avez même un challenge qui vous demande de terminer le jeu en speedrun. Bien entendu votre score sera publié aux yeux de tous et vous pourrez le comparer avec d’autres joueurs.

En terminant le jeu vous débloquez également un mode « Boss Rush » qui comme son nom l’indique vous demande de vous débarrasser des Mighty Numbers et des boss finaux le plus rapidement possible.

En plus des trophées déblocables (avec le platine à la clé), le jeu comportement des récompenses. Certaines correspondent aux trophées, d’autres sont propres aux jeux. Vous pouvez donc, si le cœur vous en dit les réaliser en plus d’essayer d’obtenir le platine, chose qui ne sera pas si simple.

Vous devrez terminer le jeu en difficile en moins de 60 minutes, terminer le jeu en mode Hyper (mode de difficulté le plus élevé), réussir tous les challenges (uniquement ceux en solo, pas ceux en coop), terminer le Boss Rush Mode en moins de 20 minutes, etc.

Bref si vous aimez la difficulté mal dosée vous serez servi.

La puissance ne fait pas tout

test_mighty-no9_conclusion
Mighty no 9 est un jeu qui m’a profondément déçu. Je pensais voir le digne successeur de Megaman mais c’est tout le contraire : une pâle copie ne réussissant pas à égaler la moitié du jeu original. Avec la somme réunie par le kickstarter on était en droit d’attendre beaucoup mieux. De plus le projet ayant commencé il y a presque 3 ans, les retards accumulés, font de ce Mighty no 9 un jeu décevant sur tous les points.

Les décors fades et sans originalité, les cinématiques nulles ne réussissent pas à faire de ce jeu celui que tout le monde attendait. Au final seul le système d’élimination des ennemis et des boss qui va de pair avec le système de combos réussissent à relever légèrement la barre de ce jeu déjà au plus bas.

Points positifs :

  • La mécanique des combos
  • Quelques challenges pour ceux qui aiment la compétition
  • Des récompenses en plus des trophées

Points négatifs :

  • Le jeu comparé à la somme récoltée par le kickstarter
  • Les décors fades, sans originalité et sans vie
  • Le chara-design des boss, des ennemis et des Mighty Numbers sans inspiration
  • Une difficulté mal dosée
  • Les déplacements de Beck vraiment lourdaux
Cet article vous a plu ? Soyez sympa et partagez-le :)
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
0Email this to someone
email

Un commentaire sur cet article

  1. 94 solution -

    Mon Dieu quelle déception grand fan de MegaMan/Rockman que je suis ce jeu m’a tuer! Gameplay douteux !!! Difficulté atypique! optimisation en mousse

Laisser un commentaire sur cet article

Vous voyez ce message parce que vous n'êtes pas connecté(e). Si vous postez un commentaire, celui-ci sera en attente de modération et ne sera pas visible immédiatement.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.