Voilà déjà plus de deux mois que Star Wars Battlefront II est disponible. Face aux critiques du premier épisode, Electronic Arts a tenté de rectifier le tir en proposant notamment une campagne solo.

Enfin seul !

L’une des critiques majeures de Star Wars Battlefront était l’absence de mode solo. Avec cette suite, Electronic Arts et Dice épaulés de Criterion (connu pour sa licence Burnout), propose enfin au joueur une campagne entièrement jouable seul.

Celle-ci met en scène (pour la plupart du temps) Iden Versio, commandant de l’escouade Inferno, aux ordres de l’empire et notamment son père, le général Versio. A travers pas moins de 13 missions ainsi que 3 supplémentaires avec le DLC « Résurrection » disponible gratuitement, le joueur sera baladé dans diverses planètes et décors bien connus des fans de la saga : Endor, Jakku, etc. Coté scénario, l’histoire se déroule un peu avant la fin du film « le Retour du Jedi » et après l’explosion de l’Étoile Noire. Les addicts pointilleux comme les moins férus de Star Wars y verront quelques révélations importantes jusque-là passées sous silence. Et ce n’est pas étonnant quand on sait que le groupe Disney a lui aussi apporté sa contribution au scénario.

Si les dialogues et le scénario globalement sont bien écrits et se laissent aborder facilement, ce n’est pas le cas du gameplay. Vous avez toujours le choix entre une vue à la première et la troisième personne, ce qui plaira aux uns comme aux autres. Mais la campagne pêche sur plusieurs points. Tout d’abord sur l’intelligence artificielle des ennemis. Si vous jouez dans des difficultés normales ou basses, alors le jeu sera d’une simplicité enfantine. La visée automatique facilite également bien la tâche, mais même sans, c’est vraiment simple, trop. Personnellement même si c’est un point qui ne m’a pas dérangé, puisque j’ai préféré me concentrer sur le scénario et ce qu’il pouvait apporter sur le lore et le reste, mais il est important de le souligner.

L’autre gros défaut de cette campagne se situe dans la progression. On navigue entre passage couloirs avec une tonne d’ennemis à monde ouvert sans personne où vous avez le loisir de rechercher quelques collectibles pour gagner des crédits supplémentaires en fin de partie.

Il n’y a pas de réel challenge et ça reste dommage. Toutefois, bien que cette histoire se boucle en 5-6 heures, on ne peut saluer que la diversité des missions proposées. Tantôt à bord de vaisseaux ou d’AT-ST, tantôt à pied, les possibilités sont nombreuses. De même que durant la campagne, vous n’incarnez pas uniquement Iden Versio mais aussi d’autres personnages comme Luke Skywalker.

A plusieurs c’est bien aussi !

Star Wars Battlefront II c’est avant tout des modes multijoueurs. Contrairement à son aîné, cette suite ne dispose que de 5 modes multijoueurs : combats spatiaux, escarmouche, frappe, assaut galactique et affrontement héroïque. Dans tous les modes de jeux vous incarnez soit l’empire soit les forces rebelles.

Dans « combats spatiaux », les joueurs doivent à tout de rôle défendre ou attaquer des objectifs pré-définis. Plusieurs vaisseaux sont disponibles – bombardiers, intercepteurs et chasseurs – que ce soit du côté de l’empire ou de la résistance.

« Escamourche » propose aux joueurs de s’affronter de manière classique, le but étant d’éliminer l’adversaire dans une limite de temps ou de score.

« Affrontement héroïque » permet de réaliser des combats à 4vs4 en incarnant un héros (8 disponibles de chaque côté de la force) parmi lesquels : Yoda, Dark Vador, Palpatine, Lando, Han Solo, Bossk ou encore plus récemment Finn, Phasma, Rey ou Kylo Ren, etc. Durant la partie, un joueur de part et d’autre est désigné comme cible, il faudra l’éliminer en priorité pour marquer un point.

« Frappe » est un mode de jeu à objectifs qui varie selon la carte sélectionnée. L’une des équipes devra défendre l’objectif, l’autre l’attaquer. La partie se termine lorsqu’une équipe remporte 2 manches.

Enfin « Assaut galactique » est le plus gros mode proposé dans Star Wars Battlefront II. Pas moins de 40 joueurs participent à la bataille dont le but est de réduire les forces ennemies en attaquant leurs camps. Contrairement au premier épisode, vous ne trouverez pas sur la carte des jetons vous permettant d’incarner tel ou tel héros (ou vilains). Dans Star Wars Battlefront II et c’est valable sur plusieurs modes de jeux, chaque action vous rapporte des points de score. Lorsque vous mourrez et si vous avez suffisamment de points, vous pouvez choisir un héros ou un véhicule (selon le mode joué) ou alors parmi les 4 classes classiques (voir ci-dessous). Et franchement je trouve que c’est une excellente amélioration. Fini les joueurs qui restaient planqués sur les spots d’apparition des jetons pour incarner Dark Vador ou encore le Faucon Millenium. C’est sans aucun doute l’un des modes les plus complets.

Même si au final il y a peu de modes, ceux-ci sont beaucoup plus étoffés et le choix des vaisseaux/personnages sont plus aboutis. On aime ou on aime pas mais dans les modes de combat classiques, le joueur peut choisir parmi 4 classes différentes : officier, soldat, commando et spécialiste. Ici SWBII marque une réelle différence par rapport au premier opus. Chaque classe possède son panel de compétences et armes propres qu’il faudra débloquer. Pour chacune d’entre elles, 1 slot permet de définir l’arme voulue et 3 pour les compétences (ou cartes des étoiles). Ces dernières ainsi que leurs améliorations (lunettes de visée, refroidissement plus facile, etc) demandent des conditions spécifiques pour être débloqué. Obtenir une carte demande des pièces de fabrication et améliorer ces mêmes cartes demandent un niveau de joueur 10 et un niveau de carte spécifique à chacune d’entre elle.

Quant aux armes, elles se débloquent par le biais de défis (ou étapes-clés) qu’il faudra remplir (faire X éliminations avec telle ou telle arme, remporte X parties dans tel mode, etc.). Si on peut penser que c’est une bonne chose au premier abord, on se rend vite compte, que dans tout les modes, l’un des objectifs majeurs est de réaliser des frags. Ajouter donc des objectifs pour débloquer telle ou telle arme devient donc vite une plaie, dans un jeu où bon nombre de joueurs ne jurent que par leur ratio. Pire encore certains objectifs sont complétement trop élevés comme celui où il faut réaliser 500 éliminations avec une arme donnée…

Toutefois, vous pouvez débloquer plus rapidement ces cartes… à l’aide des loot boxes, sujet polémique du moment.

Les loots boxes et les cartes des étoiles

Lors de la sortie du titre, la polémique sur les loots boxes faisait les gros titres. Des joueurs avaient même calculé le temps (plus de 500h) qu’il faudrait pour débloquer toutes les cartes des étoiles à leur niveau supérieur en jouant de manière normale. Il faut savoir qu’une carte des étoiles (de couleur blanche) peut être améliorée trois fois (couleur vert, bleu, violet, Destiny quand tu nous tiens).

Pire encore, certaines cartes de héros nécessitent des crédits pour pouvoir espérer les incarner en partie multijoueur. C’est le cas de Dark Vador qui coute 15000 crédits. Une fois que vous avez débloqué le personnage, il faut encore débloquer ses cartes des étoiles pour avoir une chance de rester en vie suffisamment longtemps en multi…

Depuis cette polémique et même si tout n’est pas parfait, EA a changé la politique sur ces fameuses caisses. Plus de caisses sont offertes (une caisse journalière, des caisses festives, des caisses également lorsque vous réalisez certains défis, plutôt simples il faut l’avouer), et leur contenu a également augmenté.

La licence respectée au millimètre près

Là ou SWBII fait très fort (tout comme son aîné) c’est sur le respect de la saga Star Wars. Les décors et environnements, reproduits au millimètre près, sont magnifiques. Que ce soit en arrière ou au premier plan des arènes de combats ou dans la campagne solo, on ne peut pas nier que les équipes de Dice on fait de l’excellent travail. Encore une fois je ne joue pas sur PS4 Pro et j’imagine ce que cela pourrait donner avec un équipement plus puissant (télé comprise). Les effets de lumière mais surtout les effets de sons, surtout lors des batailles spatiales, nous font vraiment plonger au cœur de l’univers. On s’y croirait !

La bande sonore pour la plupart des titres, sont les célèbres musiques tirées des différents films. Le thème que la plupart connait par coeur, démarre lors du lancement du jeu… frisson garanti. Quant au doublage, il est de bonne facture. Les acteurs (surtout dans le campagne solo) ne surjouent pas et le scénario se laisse lire et écouter sans aucun problème.

Une suite à la hauteur ?

On ne va pas se mentir, Star Wars Battlefront II possède de nombreux défauts, notamment celui de proposer une progression fastidieuses des classes et cartes des étoiles associées. Si certains ne sont pas pressés, ils prendront du plaisir à jouer … pour jouer, sans se préoccuper de savoir s’ils ont les bonnes cartes pour triompher facilement de leurs adversaires. Ceux qui ne jurent que par le scoring, seront peut être tenté d’acheter quelques loot boxes pour faciliter leur progression. A noter que contrairement à son aîné, aucune statistique n’est disponible pour cet épisode, dommage je trouvais que c’était intéressant.

Néanmoins, EA et Dice, aidé par Criterion ont vraiment fait un travail de fond pour apporter aux joueurs un jeu fidèle à l’univers de Georges Lucas – Disney. Les fans assidus remarqueront toutes les révélations faites lors de la campagne solo – bien qu’un peu fade -, mode demandé depuis le premier volet.

Sa politique de loot boxes revue et corrigée ainsi que le fait de proposer des DLC gratuits (pour le moment en tout cas) a peut-être permis de calmer les joueurs. Seul le temps pourra nous dire si le jeu tiendra en haleine les joueurs ou non.

Ce que j’ai aimé :

  • Sa campagne solo et ses révélations
  • Un univers respecté de A à Z
  • Des décors et effets de lumière somptueux
  • Les jetons qui ont disparu

Ce que je n’ai pas aimé :

  • Campagne solo trop facile
  • Politique de loot boxes
  • Progression trop fastidieuse et trop longue
  • Pas de statistiques
Cet article vous a plu ? Soyez sympa et partagez-le :)
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Google+
Google+
0Email this to someone
email

Laisser un commentaire sur cet article

Vous voyez ce message parce que vous n'êtes pas connecté(e). Si vous postez un commentaire, celui-ci sera en attente de modération et ne sera pas visible immédiatement.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.