Contenu téléchargeable du mois de juillet, Batgirl : une histoire de famille vient tout juste de paraître, à condition que vous possédiez le Season Pass.

La famille Warner

Ecran d'accueil

Si Batman : Arkham Knight a été développé par le studio Rocksteady, Batgirl : une histoire de famille (A matter of family dans sa langue originale) a été quant à lui développé par les studios de Warner Bros Montréal (Batman : Arkham Origins) à l’aide du moteur 3D utilisé par Rocksteady.

Etant donné les critiques négatives concernant le précédent volet des aventures de Batman, les fans de la licence pouvaient s’attendre au pire.

Ce premier vrai DLC est-il à la hauteur d’Arkham Knight ? Quelques éléments de réponses dans ce test.

Batgirl et Robin contre le Joker

Batgirl aidée par Robin

L’histoire se déroule avant les événements de Batman : Arkham Asylum. Le Joker a enlevé le commissaire Gordon et d’autres policiers de sa brigade. Alertée par cette affaire, Batgirl alias Barbara Gordon (la fille du commissaire donc) décide de sauver son père et d’arrêter une bonne fois pour toutes le Joker et ses acolytes. Aidée par Robin, Batgirl devra parcourir le Seagate Amusement Park, un parc d’attractions, pour retrouver son père et les membres du GCPD.

L’histoire est une nouvelle fois sans surprises mais difficile de faire original dans ce cas-là et ce n’est pas sur ce point que l’on jugera ce contenu additionnel. Même si l’on connait forcément l’issue du scénario en ayant joué à Batman : Arkham Asylum, l’histoire est bien amenée et cohérente du début à la fin.

L’entrainement de Batman

Les gadgets disponibles

Initialement (dans les Comics), Batgirl a été remarquée par Bruce Wayne alors qu’il faillit se faire enlever par Killer Moth. Depuis elle a été entrainée par le milliardaire. Dans « Une histoire de famille » cela se ressent fortement, si bien que la jeune héroïne dispose du même panel de gadgets que Batman mais en nombre réduit : tyrolienne, gel explosif, fumigène, batarang, grappin, piratage à distance… et c’est tout. Vous n’utiliserez d’ailleurs la tyrolienne et le gel explosif qu’une seule et unique fois durant l’histoire. De même que pour le grappin (hormis pour naviguer sur la carte) qui ne vous sera utile qu’à un seul moment du jeu.

On a vraiment l’impression que ces trois gadgets ont été ajoutés pour grossir le contenu déjà assez maigre et c’est fort dommage. En revanche, le dispositif de piratage à distance est quant à lui mis en avant durant toute l’aventure. Il permet par exemple de désactiver des appareils à la manière de ceux présents dans Arkham Knight et où il faut trouver le mot correct à l’aide des joysticks gauche et droit. Ce dispositif permet également d’activer certains mécanismes qui attireront l’attention de vos ennemis. Comme nous sommes dans un parc d’attractions, il n’est pas difficile d’activer ici et là les nombreuses machines présentes.

Le piratage à distance

Le piratage à distance permet également d’aveugler les ennemis à des moments bien précis du jeu. Lorsqu’ils sont aveuglés, les acolytes du Joker sont sous « l’effet de Terreur » de Batgirl. Elle peut alors éliminer rapidement un premier ennemi avec la touche avant de passer au suivant (avec la même touche). Ce n’est ni plus ni moins que le mode multi-élimination de Batman, excepté qu’ici il faut d’abord aveugler les ennemis (et non pas avoir un point d’intimidation après avoir neutraliser un ennemi silencieusement).

Concernant le reste des attaques de Batgirl, c’est assez classique, pour frapper, pour contrer (au bon moment toujours). La touche permet d’étourdir les ennemis pour enchaîner ensuite avec une raclée (touche ). La touche permet de sauter et si vous la maintenez, vous courrez. Pendant les combats de type prédateur, là encore les techniques restent les mêmes que celles du milliardaire philanthrope. Vous ne serez pas dépaysé.

Lors de certains combats, Robin viendra vous prêter main forte. Cette aide permet ni plus ni moins d’introduire les combats en Duo dans le contenu. Ça reste toujours dynamique et je trouve ça toujours aussi bien réalisé. Enfin les éliminations d’environnement sont toujours de la partie et vous permettent de neutraliser (touches + ) les sbires du Joker en utilisant des lustres, des panneaux électriques et d’autres objets. Pour que cela fonctionne il faut cependant que l’ennemi en question soit entouré d’une aura bleue. Ce mécanisme était déjà présent dans Batman : Arkham Knight.

Le Seagate Amusement Park

Une boite-surprise bien cachée

Visuellement, le titre est toujours aussi beau. On pourrait penser que le lieu où se déroule l’aventure peut être contradictoire avec l’esprit sombre du titre mais il n’en est rien. Le parc n’est là que pour marquer la folie du Joker et les différents décors sont là pour vous le rappeler. Le doublage est toujours de bonne facture mais on ne peut toujours pas sélectionner les voix anglaises. On notera l’effort fourni pour la localisation du contenu et la présence de cinématiques sympathiques.

Le Seagate Amusement Park n’est pas gigantesque, il est d’ailleurs plus petit que la plus petite des îles d’Arkham Knight, Founder’s Island. La carte est si petite, que Warner Bros a jugé bon de désactiver le marqueur ce qui aurait pu être pratique (mais non nécessaire je vous rassure) pour récupérer les collectibles à l’aide d’une vidéo.

Un dentier qui ne servira plus

Les collectibles justement sont au nombre 30 : 15 dentiers (comme ceux présents dans Arkham Origins Blackgate) qui se détruisent à l’aide du batarang (utilisez la touche de raccourci deux fois pour aller plus vite), 10 ballons (utilisez là aussi le batarang en commande rapide) et 5 boites-surprises qui s’ouvrent à l’aide de la touche . Ces dernières sont bien cachées mais étant donné que le parc est assez petit, vous n’aurez pas de mal à les trouver. Quant aux deux autres types de collectibles ils sont visibles à l’aide du mode détection (flèche du haut).

Personnellement à la fin du jeu, seul un dentier me posait problème si bien que j’ai dû regarder une vidéo pour le trouver rapidement. Par rapport à la taille de la carte, la présence d’objets à trouver/casser a bien été dosée : il n’y en a ni trop ni pas assez.

Tu nous quittes déjà Batgirl ?

Une durée de vie trop courte

Comme toujours, les collectibles permettent d’allonger la durée de vie, ainsi que les trophées mais même avec cela, ce contenu souffre d’une durée de vie assez faible. Il faut compter entre 1h et 1h30 pour terminer l’histoire, 10-20 minutes pour récupérer le reste des collectibles, 15 minutes pour découvrir l’histoire secrète du parc (qui fait l’objet d’un trophée et reste donc optionnel) et 30 minutes supplémentaires si vous avez (comme moi) manqué deux trophées pendant l’aventure.

La durée de vie oscille donc entre 1h30 (pour les plus rapides) et 3h ce qui pour 6.99€ est assez faible. A noter que seuls les détenteurs du Season Pass ont accès à cet épisode pour l’instant. Pour les autres il faudra attendre la semaine prochaine, soit le 21 juillet. Quant à la version PC, il faudra malheureusement patienter afin que Rocksteady puisse correctement patché le jeu (pas avant septembre aux dernières nouvelles).

Pour le moment donc, acquérir le Season Pass pour le contenu présent est peu recommandable. Le contenu mensuel du mois d’août vient d’être dévoilée et à part ceux n’ayant pas terminé l’aventure, qui va utiliser les nouvelles tenues ? Je doute fort que la demande soit forte sur un jeu solo comme Batman : Arkham Knight. Seul l’avenir nous le dira.

Conclusion

Un bon contenu mais avec un rapport durée de vie/prix trop faible

Je ne vais pas vous mentir, j’ai passé un excellent moment sur ce contenu même si s’il reste très court. La réalisation est toujours impeccable et Warner Bros Montréal a su parfaitement utilisé le moteur de Rocksteady. Les combats en duo avec Robin introduisent toujours plus de dynamisme et confèrent toujours un sentiment de puissance. Le Joker, antagoniste principal mis en avant dans cet épisode, est toujours aussi déjanté, pour le plus grand plaisir des fans. Si le rapport durée de vie/prix vous rebute je vous conseille d’attendre une baisse de prix soit du contenu lui-même soit du Season Pass (ce que j’aurai personnellement fait si je n’avais pas acquis ce dernier).

Ce que j’ai aimé :

  • Encore plus de Batman !
  • Incarner Batgirl
  • Le doublage impeccable
  • Le piratage à distance mis en avant
  • Les combats en Duo
  • Le Joker toujours aussi classe !
  • L’histoire secrète à découvrir

Ce que je n’ai pas aimé :

  • Faible durée de vie
  • Doublage français imposé
  • Mêmes gadgets que Batman
  • Certains gagdets trop mis en retrait
  • Deux quêtes annexes seulement

Laisser un commentaire sur cet article

Vous voyez ce message parce que vous n'êtes pas connecté(e). Si vous postez un commentaire, celui-ci sera en attente de modération et ne sera pas visible immédiatement.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.