Aussitôt disponible sur le PlayStation Plus, je me suis empressé de me jeter sur ce beat’em all. Je vous livre aujourd’hui mes impressions sur ce titre.

Introduction

Le jeu Dust : An Elysian Tail était le gagnant du Microsoft Dream Build Play Challenge (2009) ce qui lui valu d’être diffusé sur le Xbox Live Arcade. Scénario original, graphismes haut en couleur, bande-son épique, Dust : An Elysian Tail est désormais disponible sur PlayStation 4 et gratuitement durant l’offre du PlayStation Plus du mois d’Octobre.

Principe du jeu

Vous vous réveillez complètement amnésique dans une clairière. Une épée, Ahrah, et son protecteur, Fidget, un Nimbat, sont présents à votre réveil. Ahrah semble le seul à comprendre ce qu’il s’est passé. En quête de vérité, vous sillonnerez le monde de Falana.

Test - Dust : An Elysian Tail - principe du jeu

Navigation et Gameplay

L’écran principal vous permet de commencer une nouvelle partie ou de charger une partie existante. Dans les options vous pouvez modifier une multitude de paramètres. Un bug (qui ajoute un espace après chaque accent) nuit cependant à la lecture des différents textes.

Une fois vitre aventure commencée, une cinématique présente l’univers et le contexte du jeu. Dès les premières minutes on vous apprend les rudiments. La touche vous permet de sauter, la touche et les touches et vous permet respectivement de faire une esquive à gauche et à droite.

Très vite vous trouverez votre première compétence, la tornade de Dust, utilisable avec à laquelle vous pouvez mêler les projectiles de Figdet avec le bouton . Mais cette tornade, de même que les projectiles de votre compagnon ne sont pas utilisables à l’infini. Pour le premier, une utilisation prolongée vous stoppera net. A l’écran cela est visible par la couleur de Dust, qui devient de plus en plus rouge lors de l’utilisation. La manette se met également à vibrer au fur et à mesure.

Pour le second une jauge se vide petit à petit rendant le lancer des projectiles inutilisables. Celle-ci se recharge lentement avec le temps ou (trop) rapidement en frappant les ennemis avec . Du coup on a vraiment l’impression que les combats sont plus faciles. Il suffit d’utiliser la tornade de Dust couplée avec les projectiles de Fidget et une fois la jauge vide, quelques coups et c’est reparti. C’est vraiment dommage que le rechargement de cette jauge ne soit pas modifiée en fonction du niveau de difficulté. On a vraiment l’impression que les ennemis tombent comme des mouches et cela même à bas niveau.

Si les premiers ennemis ont un pattern assez prévisible, ils frappent assez forts surtout dans un mode de difficulté élevé. En revanche les combats contre les boss sont quant à eux insignifiants, se faisant très rapidement et très facilement. Faire le « bourrin » fonctionne d’ailleurs assez bien, ce qui est assez regrettable. On regrettera cependant le bestiaire qui peine à se renouveler, le jeu se contentant uniquement de générer des monstres aux couleurs aléatoires.

En cas de mauvais coup de leur part, il vaut mieux prévoir beaucoup d’objets de soins utilisables avec la touche à condition d’avoir assigné un objet au préalable via le menu du jeu (bouton « Options »).

Dans ce menu vous pouvez également modifier vos accessoires, armes et armures. Mais vous pouvez également attribuer des points de compétences gagnés à chaque niveau dans 4 attributs différents : santé, attaque, défense, puissance des projectiles de Fidget. Enfin vous pouvez également consulter la carte du monde (ou en appuyant directement sur R3).

Les objets de soins sont de différents types et vous redonnent plus ou moins de santé. Certains mêmes vous octroieront des états bénéfiques (plus d’attaque, de défense) et d’autres permettront en plus de guérir vos malus (poison, silence qui empêche Fidget de lancer ses projectiles, etc.). Ils peuvent être donnés par les monstres mais vous pouvez aussi les acheter dans les échoppes que vous trouvez un peu partout. Les coffres pourront également vous donner des objets de soins.

Au cours de votre aventure vous obtiendrez d’autres compétences comme le double saut, le vol de l’ange et d’autres types de projectiles pour Fidget que vous pouvez changer avec la touche . Le jeu propose donc une multitude de choses provenant directement du monde des RPG.

Test - Dust : An Elysian Tail - navigation et gameplay

Diversité et modes de jeu

En plus de looter parfois des objets de soins les ennemis peuvent vous donner des matériaux. Au cours de votre périple vous pourrez directement construire des objets à l’aide de ces matériaux à condition dans un premier temps d’avoir trouvé le plan correspondant (qui liste les matériaux nécessaires) et d’avoir rendu visite à Haley, le forgeron du Col des Archers. Si en plus vous trouvez un objet spécial, vous n’aurez plus besoin de lui rendre visite pour qu’elle vous fabrique lesdits objets, tout se fera par téléportation.

Les matériaux ne sont pas disponibles immédiatement dans les échoppes. En effet vous devrez d’abord env vendre au moins un exemplaire pour le retrouver dans les échoppes qui sont constamment réapprovisionnées et vous proposent donc plus de quantité de chaque objet.

Vous pouvez aussi trouver des plans ou matériaux dans les coffres. Ces coffres ne s’ouvrent qu’avec une clé de trésor. De plus pour obtenir leur contenu vous devrez exécuter dans le temps imparti, une combinaison aléatoire sans vous tromper et correspondant aux touches , , et . En cas d’échec, il faut recommencer.

Qui dit « pseudo RPG », dit également quêtes annexes, et Dust : An Elysian Tail en compte en tout et pour tout 20. Même si elle ne sont pas très difficiles, elles vous demanderont plusieurs allers et retours à travers les différents lieux de Falana. En effet certains endroits sont tout simplement inaccessibles sans la bonne compétence (double saut, vol de l’ange, glissade, etc.) ou sans la pierre de résonance adéquate. Il faudra attendre le dernier chapitre pour avoir tout ce qu’il vous faut pour terminer le jeu complétement.

Ces quêtes vous donneront bien entendu de l’expérience mais parfois également des objets nécessaires pour retrouver vos compagnons égarés. Au nombre de 12, ils sont tous emprisonnés dans des cages qu’il faudra ouvrir avec 4 clés de trésors. Bien entendu comme pour les coffres il faudra trouver la bonne combinaison.

Enfin Falana propose 6 arènes de défis. Le principe est simple, vous devez terminer le parcours avant la fin du temps en cassant le plus de lampes, en tuant le plus d’ennemis et vous faisant le moins toucher. De tous ces paramètres dépendent votre score final et le nombre d’étoiles que vous pouvez obtenir (4 au maximum).

Vous l’aurez compris, Dust : An Elysian Tail est riche, très riche et propose un contenu assez conséquent. Néanmoins à part modifier le niveau de difficulté la re-jouabilité du titre est inexistante une fois celui-ci terminé complètement.

Test - Dust : An Elysian Tail - diversité et modes de jeu

Graphismes

Les décors sont particulièrement soignés et très colorés. Au fil de notre périple les environnements se succèdent : grottes lugubres, montantes enneigées, lave en irruption. Des décors certes classiques mais très jolis à regarder et à parcourir. De plus ils sont optimisés au maximum, le temps de chargement d’une zone à l’autre étant quasi nulle.

A ces décors somptueux, ajoutez également une gestion dynamique de la météo (vent, neige, pluie, blizzard qui vous empêchera d’avancer) et complètement aléatoire. Peu de jeux peuvent se vanter d’avoir un tel souci de détails.

Les personnages nous font penser (pour ma part en tout cas) au célèbre dessin animé Sherlock Holmes, de Miyazaki, et on s’y attache rapidement.

Test - Dust : An Elysian Tail - graphismes

Bande-son et traduction

Les textes ne sont pas altérés par le bug sur les accents et heureusement car la lecture des dialogues et autres consignes (notamment pour les quêtes annexes) auraient été problématiques. Au final on ne passe pas beaucoup de temps dans les menus mais c’est assez gênant de voir ce genre de problèmes…

La traduction est impeccable et je n’ai pas relevé la moindre faute. De plus le doublage Anglais et le jeu d’acteur sont bien interprétés. Le contraste entre un Dust sérieux et un Fidget à l’humour omniprésent est assez intéressant. Je ne sais pas si le jeu aurait eu autant de détails s’il n’avait pas remporté le Microsoft Dream Build Play Challenge mais c’est plaisant de voir qu’il n’a pas été fait à la va-vite.

Test - Dust : An Elysian Tail - bande-son

Prix et durée de vie

Pour terminer l’histoire principale il faut compter entre 8 et 10 heures. Ajoutez 5 à 10 heures pour terminer tous les quêtes annexes (requêtes des villageois, sauvetage de vos compagnons, obtenir 4 étoiles dans chaque arène) et autres objectifs pour le platine. Une fois tous les trophées obtenus vous pouvez même continuer le jeu pour ouvrir les coffres que vous n’avez pas encore ouverts et visitez les zones inconnues.

Dust An Elysian Tail à une excellente durée de vie d’autant qu’il est « gratuit » (pour les membres du PlayStation Plus) durant ce mois d’octobre ou 13.29€ pour les non abonnés.

Test - Dust : An Elysian Tail - prix et durée de vie

Trophées

Les trophées collent bien au type de jeu présenté. Ils vous faudra réaliser notamment toutes les quêtes annexes du jeu (20 en tout), obtenir 4 étoiles dans les 6 arènes de défis, sauver tous vos compagnons, etc. Vous obtiendrez même certains trophées sans vous en rendre compte. D’autres (mais très peu) s’obtiennent naturellement au cours de votre aventure.

On pourrait penser que les trophées sont là pour rallonger la durée de vie mais personnellement quand je joue à un Beat’em All avec une touche de RPG, j’ai pour habitude de faire le maximum d’activités annexes ne serait-ce que pour augmenter le niveau et attributs du personnage. Les trophées vont aussi dans ce sens, on les obtient donc sans trop se forcer.

Test - Dust : An Elysian Tail - trophées

Conclusion

Sorti de nulle part, Dust : An Elysian Tail est un excellent jeu malgré quelques défauts de traduction et un gameplay bourrin qui passe quasiment tout le temps surtout contre les boss. Les décors somptueux et un doublage au top nous font vivre une aventure au scénario bien ficelé et prenant.

Ce que j’ai aimé :

  • Système d’augmentation des statistiques intéressant
  • Décors sublimes
  • La météo aléatoire
  • Temps de chargement quasi inexistants
  • Les easter eggs
  • Excellent doublage
  • Intrigue prenante

Ce que je n’ai pas aimé :

  • Espace après les accents dans la traduction Française.
  • Boss trop faciles
  • Histoire trop courte
  • Le bestiaire qui à de la peine à se renouveler
  • La jauge de Fidget se régénère trop vite.
Cet article vous a plu ? Soyez sympa et partagez-le :)
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on Tumblr
Tumblr
0Email this to someone
email
Print this page
Print

Laisser un commentaire sur cet article

Vous voyez ce message parce que vous n'êtes pas connecté(e). Si vous postez un commentaire, celui-ci sera en attente de modération et ne sera pas visible immédiatement.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.