A peine 6 mois après la sortie de Second Son, Sucker Punch remet le couvert en proposant un standalone intitulé First Light, qui vous permettra d’incarner Fetch.

Un préquel à Second Son

Début de l'aventure

Dans cette aventure, vous revivrez les aventures de Fetch (alias Abigail Walker) lorsqu’elle était prisonnière des forces du D.U.P. Même si l’on connait la fin prévisible de ce standalone en ayant joué à Second Son, je vais vous épargner les spoils au cas où vous décidiez de commencer par First Light avant son aîné.

Car oui First Light est un préquel à inFamous Second Son et Sucker Punch s’est donné les moyens de faire découvrir le jeu à tout le monde en le proposant en standalone. A la différence d’un DLC, cela signifie que vous n’êtes pas obligé de posséder Second Son pour y jouer.

Toujours aussi beau

Nous retrouvons Fetch

Le jeu démarre sur une magnifique cinématique présentant Fetch prisonnière des forces du D.U.P avec un gros plan sur celle-ci. C’est très beau et on voit que Sucker Punch a pris le temps de soigner sa nouvelle héroïne. Cette cinématique nous présente également l’antagoniste principale de Second Son à savoir Augustine.

Concernant Seattle, ville dans laquelle se déroule également cet épisode, les graphismes restent très jolis. Les décors et textures de son aîné ont bien entendu été utilisés et même si certains lieux seront inédits pour certains, j’ai constaté pour ma part des décors très familiers. Ce n’est pas tellement grave car ils restent magnifiques et détaillés.

En revanche les effets de néons dans la ville mais surtout ceux liés aux pouvoirs de fetch sont très jolis. Aucune action ne saccade, c’est très fluide et on prend plaisir à les utiliser, sans qu’aucune monotonie ne se fasse ressentir.

Les mêmes mécaniques

Les compétences à débloquer

Sucker Punch a gardé les mêmes mécaniques que pour Second Son. Dès l’écran titre, vous pouvez choisir le niveau de difficulté parmi les trois proposés (facile, normal et difficile). Si vous êtes intéressé(e) par le challenge, alors laissez de côté le mode facile.

Pour ma part j’avoue ne pas avoir eu envie de me prendre la tête. J’avis plus envie de me plonger dans l’histoire et dans le scénario de ce titre. C’est la raison pour laquelle j’ai choisi le mode facile. C’est un choix qui pourra paraître surprenant aux yeux de certains mais je ne joue pas à tous les jeux de la même manière ni pour les mêmes objectifs.

Très vite, le joueur pourra contrôler Fetch. Le système de jeu reprend les mêmes mécaniques que l’épisode précédent. L’héroïne principale possède des pouvoirs liés aux Néons ce qui lui permet de se déplacer très vite que ce soit verticalement (sur les murs, poteaux, etc.) ou horizontalement (routes, rails, etc.). En revanche vous ne pouvez toujours pas aller dans l’eau mais qu’importe puisque celle-ci est très peu présente sur la carte.

Les défis dans l'arène et le mode libre

Au fur et à mesure de votre progression vous débloquerez d’autres pouvoirs (les scènes depuis la prison du D.U.P. assurent cette transition) que vous pourrez améliorer en réalisant des défis. Ils peuvent être de plusieurs nature : immobiliser un certain nombre de types d’ennemis, en immobiliser d’autres avec certaines attaques ou combos d’attaques, etc. C’est assez varié et certains vous donneront probablement un peu de fil à retordre, si bien entendu vous tentez de tous les réaliser.

Ces défis pourront soit être réalisés dans la ville de Seattle en mode parcours libre soit dans les arènes du D.U.P. Certains seront également spécifiques au mode libre ou au mode combat dans l’arène.

Des tags bien réalisés

En plus des défis, vous retrouverez quelques quêtes annexes (détruire des caméras, des drones de police, etc.) à réaliser et collectibles à ramasser.

Parmi elles, la course au lumen. Le principe est simple, vous devrez rattraper un lumen en allant le plus rapidement possible. Ces courses ne sont pas très difficiles mais restent très amusantes.

On retrouve également les tags sauf que ceux-ci sont réalisés en néon et le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est très réussi. Pour ma part je les préfère largement à ceux d’inFamous Second Son.

Combats dans l’arène

L'arène

Les arènes, au nombre de trois (alpha, bêta, gamma), sont la grande nouveauté de cet épisode. Servant de base introductive aux nouveaux pouvoirs de Fetch, vous pourrez également les utiliser pour réaliser des défis et objectifs à travers deux modes : survie et sauvetage.

Dans le premier vous devrez survivre à des vagues d’ennemis toujours plus nombreuses et coriaces. Lorsque vous êtes mort, la partie s’arrête. Dans le mode sauvetage vous devrez également immobiliser les ennemis, mais en plus vous devrez sauver des otages. Lors des premières vagues, les otages apparaîtront un par un et peu d’ennemis seront présents mais par la suite ils apparaîtront par deux (voire trois ?). Si vous mourrez ou que vous n’arrivez pas à sauver cinq d’entre eux alors la partie se termine.

A ces arènes sont couplées des défis liés aux scores. Si vous souhaitez améliorer complètement les compétences de Fetch alors vous devrez passer par là.

La recette qui marche

Bien qu’inFamous First Light se finit assez rapidement (comptez 5-6 heures pour l’aventure principale et autant pour obtenir le trophée platine ou moins selon vos compétences), l’aventure est prenante. Les défis au début intéressants et addictifs pourront vite devenir une corvée si vous y passez trop de temps.

First Light reste un bel épisode et vu son prix (19.99€) il serait vraiment dommage de s’en priver. On attend maintenant de pied ferme un épisode mettant en scène l’autre porteur, Eugène (pouvoir de la vidéo) mais je pense que celui-ci n’est pas près de voir le jour…

Ce que j’ai aimé :

  • Une recette qui marche
  • Le prix attractif
  • Retrouver une vision différente de Second Son

Ce que je n’ai pas aimé :

  • Le mode arène ennuyeux à la longue
  • Pas d’épisodes sur Eugène
Cet article vous a plu ? Soyez sympa et partagez-le :)
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
4Share on Tumblr
Tumblr
0Email this to someone
email
Print this page
Print

Laisser un commentaire sur cet article

Vous voyez ce message parce que vous n'êtes pas connecté(e). Si vous postez un commentaire, celui-ci sera en attente de modération et ne sera pas visible immédiatement.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.