Disponible gratuitement pour les abonnés du PlayStation Plus du mois d’avril, j’ai saisi l’occasion de tester ce jeu.

Un peu de poésie

Il était une fois...

Never Alone raconte de manière très poétique comment une jeune fille, Nuna, aidé par un renard, a réussi a sauvé son village d’une tempête de neige.

Hormis le fait que toute l’aventure réside dans un principe de résolution de puzzles pour avancer, le jeu introduit de manière très astucieuse des notions culturelles sur les peuples de l’Alaska.

Développé par Upper One Games (leur seul jeu) vous contera l’aventure de la jeune Iñupiaq et de son renard à travers huit chapitres.

La dure vie du Nord

L'utilisation des Bolas

Le gameplay est assez simple. Vous dirigez Nuna avec le joystick gauche et étant donné que le jeu est à défilement horizontal (et parfois vertical), vous ne faites qu’aller à gauche ou à droite. La touche vous permet de sauter. Quand votre ami le renard blanc vous rejoindra vous pourra changer de personnage en appuyant sur . Le renard a des compétences propres. Par exemple il peut sauter d’un mur à l’autre en appuyant sur et la direction voulue. En maintenant il pourra déplacer certains objets.

Nuna aussi a la capacité de déplacer certains objets. C’est cette combinaison et alternation de ces deux personnages qui vous permettra de résoudre des énigmes qui sont pour la plupart malheureusement assez simples. A noter que vous pouvez faire l’aventure en coopération locale, chacun incarnant Nuna ou le renard.

J’ai personnellement que le gameplay est assez rigide. En effet il n’est pas rare d’appuyer plus vite que le jeu ne réponde, c’est le cas notamment lors des sauts et lorsque vous vous retournez. C’est assez frustrant par moment surtout quand vous devez effectuer ces actions rapidement. Cette frustration s’accentue lorsque Nuna acquiert une arme, le Bolas (sorte de fronde). Même si la plupart du temps vous aurez le temps de l’utiliser, il s’avère parfois que vous devrez faire vite et étant donné qu’aucune indication de visée n’est affichée, l’imprécision de cette arme vous fera perdre de nombreuses fois.

Des checkpoints sont toutefois disponibles et restent assez fréquents.

Une aventure enneigée

Les décors sont très soignés

Visuellement, le jeu garde la même poésie que lors de la narration, omniprésente et en langue originale (sous-titrée français). Les décors représentent assez bien l’Alaska. Il est donc normal de retrouver constamment des glaciers, de la neige ainsi que du verglas (celui-ci modifie le verglas également). A cela s’ajoutent des cinématiques, ressemblant à des dessins, qui permettent de comprendre l’histoire de fond du jeu.

La musique accompagnant le tout est bien intégrée. Il n’est pas rare d’avoir une musique rythmée lorsque la situation se corse et que vous devez faire des actions rapidement. Au contraire, celle présente en fond des documentaires est plutôt émouvante.

Tu te coucheras moins bête ce soir !

Une des nombreuses notions culturelles à trouver

Durant votre aventure, vous trouverez des hiboux qui lorsque vous vous approcherez s’envoleront. Cela aura pour effet également de débloquer une des notions culturelles que vous pouvez consulter depuis le menu pause ou depuis l’écran principal. Ces notions culturelles racontent aux travers de témoignages des autochtones de l’Alaska sur fond d’images et de vidéos, des anecdotes sur la vie de ces peuples inuits.

C’est très réussi et on apprend vraiment beaucoup de choses. Les notions culturelles sont donc intégrées sous forme de collectibles dans le jeu et je trouve ça vraiment astucieux. D’autre part j’aime bien quand les collectibles sont utiles et quand ils ne servent pas qu’à obtenir un trophée.

Il y a en tout 24 notions culturelles ce qui vous promet plus d’une heure de documentaire.

Les contes du renard

Un DLC tout aussi joli

Un DLC, nommé Foxtales, sorti le 28 juillet dernier met en scène une nouvelle fois Nuna et son ami le renard blanc. A travers 3 chapitres, les deux amis poursuivent une souris… mais parfois il vaut mieux laisser les animaux tranquilles.

On retrouve en tout point la même chose que le jeu initial, y compris les défauts à savoir un gameplay assez rigide et qui frustre parfois. Les développeurs ont également ajouté 5 notions culturelles qu’il faudra découvrir (deux s’obtiennent automatiquement).

Vendu au prix de 3.99€, vous terminerez l’ensemble de ce contenu en à peine 2 heures. 4 trophées dont 3 s’obtenant automatiquement viennent s’ajouter à ce DLC.

Douche glacée ?

Une douche glacée ?

Never Alone est un titre rafraichissant, poétique et visuellement agréable. Son gameplay rigide pourra parfois en frustrer pus d’un mais on oublie vite ce défaut que les jeunes développeurs n’ont pas su corrigé avec tout ce qu’apporte le titre à côté. Les notions culturelles ajoutent vraiment des choses intéressantes pour peu que l’on soit intéressé par ce genre de documentaire. Néanmoins, s’instruire en jouant n’a jamais fait de mal à personne.

Les plus :

  • Visuellement beau
  • Intellectuellement intéressant
  • Originalement surprenant
  • Musicalement agréable

Les moins :

  • Gameplay rigide
  • Rapport qualité/prix inintéressant

Laisser un commentaire sur cet article

Vous voyez ce message parce que vous n'êtes pas connecté(e). Si vous postez un commentaire, celui-ci sera en attente de modération et ne sera pas visible immédiatement.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.