Le jeu Splinter Cell Blacklist est sorti au mois d’Août. Retrouvez les nouvelles aventures de Sam Fisher en lisant le test qu’Antho59278 a rédigé pour le blog. Un grand merci à lui !

Introduction

Après 3 ans d’absence et un Splinter Cell Conviction qui a divisé voir irrité les fans, Sam Fisher est de retour pour une nouvelle aventure dans Splinter Cell Blacklist, sortie le 22 août en Europe, édité par Ubisoft et développé par Ubisoft Toronto, leur premier projet Splinter Cell Blacklist est t’il une réussite ? Vous allez bientôt le savoir !

Scénario

Commençons d’abord par l’histoire, du classique, une nouvelle menace terroriste nommée Blacklist menée par des ingénieurs est sur le point de frapper les Américains, si leurs troupes ne se retirent pas. Bref ni exceptionnel ni mauvais, le solo tient plutôt bien la route avec une narration correcte mais pas non plus mémorable, en revanche, les personnages sont assez sympathiques, notamment le duo Fisher-Briggs qui colle plutôt pas mal selon moi, au niveau des environnements.

Environnement

Le jeu est assez varié, avec des passages dans des bâtiments bien gardés, ou dans un endroit plutôt extérieur mais tout aussi bien surveillé ! D’un point de vue scénaristique donc, ce Splinter Cell ressemble aux autres, on peut dire qu’il n’y a pas eu d’énormes risque de pris même si l’histoire au final est plutôt intéressant. Malgré des dialogues parfois inintéressants ou trop mous, on se prend au jeu. A noter que dans Splinter Cell Blacklist, nous serons constamment dans un avion cargo, un QG volant, où on pourra gérer ses missions solos, mais aussi les missions supplémentaires d’Echelon 4 (notre équipe) que l’on pourra faire en solo, en multi avec un inconnu ou un ami, ou alors carrément en écran scindé (une bonne nouvelle pour les amateurs du genre ou si on veut s’amuser chez soi entre amis)

Tout se gère à bord du Paladin, que ça soit pour les missions, les améliorations de l’avion (qui vous permettront d’avoir plus de matériel sur vos lieux de mission, des indications sur votre mini map pour aller récupérer les collectibles) ou encore de la tenue de Sam et de ses armes, mais aussi le mode multijoueur !

Graphismes & Gameplay

Côté graphisme, les premiers screenshots n’étaient pas forcément très attrayants, mais au final avec les mois qui ont passé, le rendu final est agréable, les personnages sont bien détaillés et ont des animations faciales assez intéressantes par moment, chose que je ne pensais pas du tout remarqué au départ. Les paysages sont variés, et les jeux de lumières bien retranscris, ce qui était nécessaire vu l’importance de l’éclairage à certains endroits du jeu, le moteur de jeu LEAD Engine (Unreal Engine 2.5) fait au final très bien son travail.

Au niveau du gameplay, la prise en main est plutôt efficace, le maniement de Sam est assez fluide, peut être même parfois trop fluide mais bizarrement rigide à certains moments comme lorsque l’on court. On peut aussi rajouter un point noir sur les interactions possibles par moment, lorsque l’on est derrière une porte que l’on souhaite fermer et qu’au lieu de ça, notre héros regarde par dessous ou l’inverse. C’est assez frustrant surtout si on est sur le point de se faire repérer. Au final il faut donc ne pas se précipiter mais surtout bien regarder avant de choisir l’interaction que l’on souhaite réaliser sous peine de se tromper.

Les zones d’ombres sont assez intéressantes à exploiter, on peut également les créer soi même en tirant sur une lumière de véhicule ou néon d’une pièce mais attention, cela peut attirer la suspicion des gardes

Les commandes sont classiques dans ce ce genre de jeu là encore. A noter qu’en maintenant la flèche du haut, on accède à notre panoplie d’armes et gadgets qui vous seront très utile par moment, comme la caméra-glu qui permet d’attirer un ennemi avec une chanson sortant de l’appareil ou encore, le drone pour mieux repérer ses ennemis pour ensuite les électrocuter mais aussi l’arbalète, avec différents carreaux possibles (le gaz soporifique et les carreaux électrocuteurs).Le nombre de gadgets est suffisant pour mener à bien vos missions, ainsi que le type d’armes (silencieux, mitraillette, pistolet tranquillisant, grenades fumigènes, grenades flash, etc.) D’ailleurs au début de chaque mission, un membre de votre équipe vous conseillera quelles armes privilégier pour mieux réussir vos objectifs. Vous pourrez choisir aussi à tout moment du jeu, le mode létal ou non létal à l’aide de la touche carré après avoir maintenu la flèche du haut, chose très importante pour certains trophées.

Vous pouvez également sélectionner le style souhaité durant votre mission, car dans Splinter Cell Blacklist, il y a 3 styles différents pour que vous pussiez accomplir votre mission :

  • Le style fantôme, qui consiste à ne tuer personne et à n’alerter aucun ennemis,
  • le mode panthère, similaire au précédent mais différent sur un point, il faut tuer ses ennemis sans se faire repérer,
  • et enfin le style assaut qui consiste à dégommer tout ce qui bouge.

Si sur le principe cela peut surprendre les fans de la première heure, cela permet de toucher une gamme de joueurs beaucoup plus large, et chacun jouera donc dans le style qu’il lui plaira, même si le style fantôme est conseillé sur certaines missions, mais aussi parce que la série, à la base, est une série d’infiltration.

On peut aussi parler du mark and execute (marquer-éxécuter déjà présent dans Conviction ou vous pouvez marquer et exécuter plusieurs ennemis instantanément, chose qui en a irrité plus d’un mais qui s’avère au final très efficace.

Doublage et bande son

Niveau bande son, le doublage est assez correcte, mais parfois peu convaincant sur les cinématiques, mais assez bon en jeu, mais au final le résulta final est honorable, les musiques sont assez sympathiques aussi même si on y fait peu attention.

Durée de vie

Au niveau de la durée de vie, une mission peut être rempli en 20 minutes comme en une heure selon la difficulté choisie et votre niveau. Un objectif qui consiste à finir la mission dans une certain temps peut vous apporter des points supplémentaires. 4 difficultés sont possibles :

  • Recrue (difficulté la plus facile ou certaines armes ont des munitions illimitées),
  • normale,
  • réaliste (difficulté plus accrue, et les munitions sont comptées),
  • et enfin perfectionniste, la difficulté la plus compliquée car l’ennemi vous détecte plus rapidement, et vous n’avez aucune caisse de réapprovisionnement au contraire des difficultés précédentes.

Sur l’IMS (le panneau général où vous trouverez toutes vos missions, vous aurez également des missions contre espionnages où vous devrez analyser les textes donnés pour trouver la suite de la mission et remporter de l’argent si celle ci est réussie)

En ce qui concerne l’I.A, elle oscille entre l’intelligence et le laxisme, par exemple, jouer avec un interrupteur à plusieurs reprises ou appeler un ennemi en le sifflant sans cesse vous fera détecté immédiatement (expérience vécue) ou encore d’avoir laisser une porte ouverte qui ne l’était pas au départ, ou de ne pas avoir cacher les corps des ennemis que vous avez endormis ou exécutés. Et parfois, l’ennemi passera devant vous sans vous voir, elle fait très mal aussi si vous êtes dans le champ de tir et en difficulté perfectionniste. Malgré quelques errances, l’I.A est quand même bien calibrée.

Multijoueur

Maintenant abordons une grosse partie du jeu, le multijoueur, avec plusieurs modes de jeu disponibles (extraction, domination, match à mort, espions contre mercenaires 4 vs 4 ou 2 vs 2, mais aussi des missions en coopérations). Le multi possède un nombre de modes assez suffisant pour s’amuser, sans compter toutes les missions coop qui sont pour le coup assez réussies et qui aideront bien les chasseurs de trophées/succès.

Les maps sont nombreuses (ex: le silo, l’accélérateur, l’hôpital Libanais) et sont toutes plus ou moins intéressantes, là encore pour les jeux de lumières mais aussi pour la taille (assez grandes). A noter que le nombre de joueurs maximum est de 8 (2 équipes de 4) qui sont parfois, il faut bien l’avouer mal réparties (gros levels ensembles par exemple).

On peut également battre des scores d’ami en coop ou en solo, grâce à Shadownet le réseau du jeu, et relever des défis hebdomadaires ou autres qui vous rapporteront de l’argent (qui vous servira à augmenter le nombres d’armes de votre perso, que ça soit en solo ou en multi).

Le multijoueur est plutôt bon mais parfois frustrant avec certaines personnes qui ont déjà énormément d’heures au compteur. Il n’y a pas vraiment de bugs à déplorer mais beaucoup de migrations d’hôte … et parfois quelques freezes. Un patch a d’ailleurs été proposé et permet de les corriger (ils étaient assez nombreux en solo).

Trophées

Maintenant, une partie où les chasseurs s’attarderont : les trophées. Ils sont au nombres de 58 (59 en comptant le platine) et ne sont pas particulièrement difficiles (4/10) mais demandent du temps. Par exemple le trophée ou il faut faire le jeu dans chaque niveau de difficulté (à noter que l’on peut faire le jeu en perfectionniste directement, ce qui débloquera les trophées dans les difficultés inférieures). Il y a également le sempiternelle trophée des collectibles (clé usb, cibles a capturer, ordinateurs portables à pirater, etc.) ou encore le trophée qui consiste à faire le jeu entier sans tuer personne.

Les missions peuvent être rejouées à partir du Paladin et vous permettent notamment de récupérer les collectibles manqués. D’autres trophées se débloqueront simplement en finissant le chapitre concerné.

Il y a également des trophées multijoueurs, tous faisables en privé si vous êtes suffisamment nombreux, très bon choix pour ceux qui ne veulent pas perdurer sur le multi. Il sont au nombre de 12. A noter que ces trophées demanderont peu de temps en privée, et quelques heures de plus si vous êtes en partie publique et que vous rencontrer malheureusement des joueurs qui ne jouent pas en équipes ou qui sont simplement trop forts. En 2 heures voir un peu plus, la majorité des trophées online sont obtenus.

En résumé le platine de Splinter Cell Blacklist est loin d’être inabordable, une trentaine d’heures maximum devrait suffirent pour débloquer tout les trophées.

Conclusion

Au final, je donne la note de 17/20 pour ce jeu qui est une belle surprise de l’année 2013, avec comme points positifs, un solo sympathique mais surtout un gameplay assez riche et des environnements variés. On reprochera une I.A parfois absente mais pas non plus totalement à l’ouest tout le long du jeu. Sans être une véritable claque, Splinter Cell Blacklist est en tout cas un jeu à faire !

Laisser un commentaire sur cet article

Vous voyez ce message parce que vous n'êtes pas connecté(e). Si vous postez un commentaire, celui-ci sera en attente de modération et ne sera pas visible immédiatement.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.