En concevant The Cave, Ron Gilbert revient sur le devant de la scène avec une production déjantée à l’instar de ce qu’était la série des Monkey Island ou plus récemment Deathspank.

Introduction

Ron Gilbert est bien connu du grand public notamment avec sa fameuse licence des Monkey Island, des jeux de point & click. Cette série à l’univers déjanté et décalé a le mérite d’être originale et particulièrement amusante (si on aime l’humour noir). Cette patte artistique s’est bien vite retrouvé sur consoles PlayStation notamment avec la série Deathspank. De part leur titre Orphans of Justice (Orphelins de la Justice) et Thongs of Virtue (les Strings de la Vertu) le public sait déjà à quoi s’attendre. Bien que Deathspank n’ai jamais été traduit en Français, les joueurs peuvent y trouver leur compte : quêtes annexes loufoques et scénario que l’on peut qualifier de grand n’importe quoi.

Ce nouveau titre, The Cave, ne déroge pas à la règle. Teinté d’un scénario qui nous fait rire et sourire, The Cave nous rappelle de bons souvenirs avec ses multiples références (Capitaine Flam, le singe-cosmonaute de Monkey Island ou encore la machine à voyager dans le temps du Doctor Who) au travers d’un scénario gorgé d’humour noir.

Principe du jeu

Vous suivrez dans cette aventure, sept personnages atypiques ayant leurs propres démons. Vous devrez choisir ceux qui iront explorer la caverne. Au fur et à mesure de votre progression, vous aurez des énigmes à résoudre à l’aide d’objets que vous ramasserez sur le chemin. Ces énigmes nécessiteront par ailleurs également l’utilisation d’un, deux ou des trois personnages.

Les puzzles sont assez variés même si la plupart restent très simple. Personnellement je n’ai buté que sur une des dernières énigmes qui était un peu tordu (mais évidente après coup) mais globalement une fois tous les objets en main, vous trouverez la solution rapidement. Les zones où vous devez résoudre ces énigmes ne sont pas immenses et il est donc facile de se rappeler l’emplacement des objets et des interactions qu’il est possible de faire.

Enfin côté scénario ce voyage est une sorte d’introspection de la vie de chaque personnage. On découvrira les causes et les conséquences de leurs actes passés au travers d’un gameplay simple mais efficace.

Test - The Cave - principe du jeu

Navigation et Gameplay

Une fois que vous avez écouté ce que la caverne avait à vous dire, vous devrez choisir trois personnages (ce qui n’est pas sans rappeler Maniac Mansion, une autre oeuvre vidéo-ludique de Ron Gilbert) parmi les sept aventuriers disponibles : le fermier, la scientifique, l’aventurière, les jumeaux, le moine, le chevalier, la voyageuse dans le temps. Vous devrez attribuer vos personnages sur l’une des trois flèches de la manette : gauche, haut et droite. Par la suite vous pourrez choisir quel personnage utiliser en utilisant ces flèches.

Et c’est là tout l’intérêt du jeu, au fur et à mesure de l’exploration de la caverne, vous aurez à résoudre des énigmes parfois tout seul, parfois à deux et parfois à trois. Vous devrez également utiliser les différents objets que vous trouverez, sachant qu’un personnage ne peut prendre qu’un seul objet à la fois. Certains objets sont utilisables une seule fois mais pour certains vous devrez les utiliser dans des conditions particulières et cela plusieurs fois. Le jeu se veut donc simpliste : aucun inventaire et aucun menu secondaire à part celui de sélection des personnages qui disparaît au bout d’un moment ou que vous pouvez faire disparaître avec la flèche du bas.

Chacun des objets que vous pouvez prendre et chaque zone avec laquelle vous pouvez interagir est symbolisé avec une infobulle placée au dessus (« flamme », « gâteau », « porte », etc…). Il est donc difficile de passer à côté de ce qu’il faut faire et sur la manière de le faire pour progresser dans la grotte.

Parfois vous devrez également utiliser l’un de vos personnages pour bloquer une manivelle ou maintenir un interrupteur afin de permettre aux autres de passer et d’ouvrir définitivement la voie pour celui ou ceux restés en retrait.

Chacun des protagonistes possède une compétence qui lui est propre et qui s’active en laissant appuyer ou en appuyant une seule fois sur . Ainsi le fermier pourra retenir sa respiration et ainsi respirer plus longtemps sous l’eau, la scientifique sera en mesure de pirater les consoles informatiques, le moine déplacera un objet par la pensée (télékinésie), le chevalier sera invulnérable et immobile pendant un laps de temps, l’aventurière aura en sa disposition un grappin qui lui permettra de passer certains fossés, la voyageuse temporelle pourra se téléporter et les jumeaux pourront créer des clones d’eux mêmes.

En dehors de ces compétences spécifiques, le reste des commandes est classique, on retrouvera la touche pour sauter, la touche pour utiliser un objet et la touche pour en ramasser un. Le joystick gauche sert quant à lui à se déplacer. J’ai trouvé les déplacements assez rigides, si bien qu’il m’est arrivé parfois de m’accrocher à une corde alors que je voulais simplement descendre. Cette rigidité a fini par m’agacer surtout qu’un certain trophée demande de finir le jeu sans mourir…

La touche sert également à récupérer les peintures rupestres que vous trouverez sur votre chemin. Chaque personnage en possède 12 (dont 8 à trouver dans l’aventure principale, 2 pour la bonne fin et 2 pour la mauvaise fin). Ces peintures racontent leurs actes passés. Il est donc important de les ramasser si vous voulez en savoir plus sur l’histoire.

Bien que le tracé dans les différentes zones de la caverne soit linéaire, il est possible de mourir (et bien plus souvent qu’on ne le croit). Mais la caverne vous ramènera automatiquement à la vie au point le plus proche en cas de mauvaise chute, de noyade ou de mauvaise rencontre. Il est presque impossible de se perdre, même lorsque l’on revient sur nos pas pour prendre un autre chemin, les zones étant assez petites.

Test - The Cave - navigation et gameplay

Diversité et modes de jeu

La caverne est découpée en zones assez distinctes qui auront son lot d’énigmes à résoudre pour pouvoir progresser vers la suivante. Certaines de ces zones sont spécifiques aux personnages que vous avez sélectionné au début de l’aventure. Pour le reste elles sont communes et cela peu importe votre choix de départ. Il sera donc intéressant de faire le jeu au moins trois fois pour explorer entièrement la caverne.

En plus de cela, il y a deux fins possibles pour chacun d’entre eux : une bonne et une mauvaise fin. Cinq parties (nombre optimal) sont donc nécessaires si vous souhaitez tout comprendre .

Le jeu est donc assez diversifié de ce côté. Néanmoins repasser par chacune des zones communes est rébarbatif et cela au bout de la deuxième partie. On aurait pu imaginer quelque chose de moins linéaire, et pourquoi pas une aventure unique pour chacun des personnages.

L’aventure solo est le seul mode de jeu que propose The Cave, mais pour un jeu de ce type, cela n’est pas étonnant.

Test - The Cave - diversité et modes de jeu

Graphismes et animations

Tout comme des jeux comme Rayman Legends, The Cave propose des graphismes en 2.5D. Les décors sont vraiment très jolis et les protagonistes ainsi que les personnages non joueur que l’on rencontre assez charismatiques. Les jeux de lumière sont bien travaillés, et l’ambiance globale vraiment prenante.

On voit que les équipes de Double Fine Productions ont vraiment apporté un soin aux graphismes et animations. Les décors de fond sont en mouvement lorsque vous déplacez les personnages. On contemple avec plaisir les différentes animations apportées : le fermier qui bouge les bras de manière exagérée lorsqu’il court, le moine qui monte les cordes en position de Yoga, etc. Ce côté cartoonesque nous plonge encore plus dans l’univers décalé de The Cave.

Test - The Cave - graphismes et animations

Bande-son et scénario

J’ai vraiment apprécié le fait que le jeu soit intégralement sous-titré en Français même si on peut regretter sur quelques passages une traduction un peu éloignée de la version Anglaise pour réaliser des jeux de mots s’approchant le plus de la version originale. La voix off de la caverne omniprésente durant tout le jeu est très bien intégrée et les dialogues teintées d’humour en tout genre. Cette voix sert de fil directeur au jeu, et nous raconte de manière ironique les causes et les conséquences des actes des différents héros. On ne pouvait pas toutefois espérer le contraire quand on voit ce que Ron Gilbert a fait par le passé.

Les puristes regretteront un thème musical aussi grandiose que celui de The Monkey Island mais sincèrement ce n’est vraiment pas gênant, les dialogues nous apportant une ambiance nécessaire et suffisante.

Test - The Cave - bande-son

Prix et durée de vie

Actuellement au prix de 12.99€ sur le PlayStation Store, il faudra compter environ 4 heures pour terminer l’aventure une première fois et cela peu importe votre choix de départ. Comptez environ 8 heures de plus pour parcourir la caverne avec les autres personnages et voir les différentes fins (et pour obtenir l’ensemble des trophées).

Test - The Cave - prix et durée de vie

Trophées

Les trophées vous demanderont de réaliser des actions spécifiques que ce soit dans les zones communes et dans chacune des zones spécifiques aux personnages. Seul deux trophées s’obtiennent donc automatiquement. Si vous ne voulez pas faire trop de parties pour obtenir le 100%, je vous conseille de commencer le jeu avec le Fermier, le Scientifique et le Moine comme l’explique le guide sur PSTHC mais de ne pas regarder les trophées. A la fin de cette première partie, même si vous avez loupé des trophées ce n’est pas grave car vous aurez l’occasion de les avoir lors de vos parties suivantes.

Test - The Cave - trophées

Conclusion

The Cave est un jeu rafraîchissant comme je les aime de plus en plus. Bâti sur une solide base d’humour noir et de références en tout genre, on prend plaisir à explorer cette caverne avec les différents protagonistes. La redondance de certaines zones aura cependant pour effet d’empêcher aux moins courageux de recommencer l’aventure plusieurs fois.

Les points positifs :

  • L’univers complètement déjanté
  • Les personnages atypiques
  • La voix off de la Caverne
  • Les graphismes plutôt jolis
  • Une traduction Française bien réalisée dans l’ensemble
  • La diversité des zones due au choix des personnages

Les points négatifs :

  • Le gameplay un peu rigide
  • Les énigmes (trop) simples
  • Les zones communes dont on aurait pu se passer

Laisser un commentaire sur cet article

Vous voyez ce message parce que vous n'êtes pas connecté(e). Si vous postez un commentaire, celui-ci sera en attente de modération et ne sera pas visible immédiatement.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.