Sorti en Juin 2013 sur PlayStation 3, The Last of Us revient un an plus tard dans une version remastérisée sur PlayStation 4. Que faut-il penser de cette ré-édition ?

Principe du jeu

Le monde est contaminé par le virus du cordyceps (a noter que ce virus existe réellement mais il ne touche que certains parasites comme les fourmis) qui infecte le cerveau et provoque une excroissance dans celui-ci. Le virus contrôle alors son hôte l’obligeant à se nourrir et à se répandre. Joël et Ellie devront donc survivre à cette épidémie et aux personnes non infectées qui cherchent à s’approvisionner en armes et nourriture.

Si au final le scénario est un brin classique et nous rappelle des séries comme The Walking Dead ou encore le film Je suis une légende, il faut avouer que le jeu d’acteurs et les multiples rebondissements nous font vivre une expérience intense et remplie d’émotions. Le jeu nous bouleverse et cela dès la première demie-heure.

Test - The Last of Us Remastered - principe du jeu

Navigation et Gameplay

Dès notre arrivée sur l’écran titre, le menu principal parle de lui même. Vous avez la possibilité de choisir l’aventure principale (The Last of Us), le DLC Left Behind et les Factions multijoueurs. Un menu d’options est également présent ainsi qu’un menu « Téléchargeables » permettant de télécharger du contenu supplémentaire. Déjà à l’époque je n’avais pas été choqué ou perdu en arrivant sur ce menu principal étant donné qu’il n’a pas été modifié, je n’ai pas grand chose à dire dessus.

Si vous choisissez The Last of Us ou Left Behind vous pourrez commencer une nouvelle partie, continuer celle-ci, rejouer un chapitre ou charger une sauvegarde. Concernant les sauvegardes, sachez que votre progression sera enregistrée au fur et à mesure automatiquement même si vous pouvez décider vous même de sauvegarder à tel ou tel moment. La première chose qui m’a surpris, est que lorsque durant une partie, on ouvre le menu avec la touche Options, la sauvegarde automatique s’enclenche et est beaucoup plus rapide que sur PS3. Je me souviens encore des trop longues secondes que je devais attendre sur PS3 lorsque j’ouvrais ce menu. Je suppose que le hardware de la PlayStation 4 est y pour quelque chose ainsi que les optimisations faites sur le jeu.

En commençant une nouvelle partie, on vous demande de choisir un niveau de difficulté. Une fois celui-ci choisi, vous commencez votre partie avec une cinématique plus belle que jamais. L’émotion est déjà présente et certains thèmes évoqués (amour, tendresse, attention) nous transporte déjà dans l’univers du jeu.

Le prologue vous servira de base introductive au gameplay du jeu même si dans celui-ci vous ne pouvez ni confectionner d’objets, ni utiliser d’armes. Le joystick gauche sert à diriger votre personnage, tandis que le droit vous permet de déplacer la vue. Je pense que ces deux principales commandes que l’on retrouve dans beaucoup de jeux se sont imposées naturellement. Lors de phases prédéfinies, vous devrez également réaliser quelques QTE très basiques : appui répétitif sur la touche , appui unique sur . Ces phases ajoutent une pincée de dynamisme et le fait qu’elles ne soient pas omniprésentes est agréable.

Une fois ce prologue terminé et une fois votre sac à dos récupéré, on vous apprend un peu plus les bases du gameplay. A noter qu’il est tout à fait possible de désactiver les conseils via le menu options : une bonne chose pour ceux connaissant le jeu et ayant déjà fini plusieurs fois l’aventure principale. En comparaison de la version PlayStation 3, quelque touches ont été inversées : la touche sert désormais à viser et la touche à tirer (ou recharger son arme quand on ne vise pas) tandis que la touche sert à courir et la touche à activer le mode écoute. Celui est désactivé dans les modes les plus difficiles (Survivant et Réaliste) mais peut être également désactivé via le menu options dans les autres modes. Encore une fois les différents paramètres du jeu nous permettent de façonner une aventure avec nos propres conditions en ajoutant un peu de challenge personnel même si le mode réaliste en est un à lui tout seul mais j’y reviendrai plus tard.

Les commandes de la partie droite de la manette reste fidèle à la PlayStation 3 : la touche permet de s’accroupir, la touche permet de frapper au corps à corps (poings, batte, planche de bois, machette, brique), la touche sert à passer des obstacles et la touche sert à tuer les ennemis par derrière à l’aide d’un surin et interagir avec certains objets de l’environnement (porte, atelier, etc.). En mode multijoueur cette dernière touche vous permet également d’interroger et d’exécuter vos ennemis une fois mis à terre.

On notera que le fait de secouer sa manette permet de rallumer la lampe torche sur le point de s’éteindre. C’est fun au début mais personnellement je trouve que ça casse l’immersion.

Le pad tactile permet de s’accroupir, de poser son sac et de confectionner des armes (bombes à clous, cocktail molotov, fumigène, surin) et accessoires (trousses de soin) à condition d’avoir trouvé au préalable les objets nécessaires à leur confection. Cet écran permet de consulter également tous les collectibles trouvés et il y en a plus de 120 à trouver. On regrette toutefois qu’à part une utilité scénaristique (vous pouvez lire les documents que vous ramassez) ils n’ont aucun impact sur le jeu lui même. Enfin dans un autre onglet vous pourrez améliorer les compétences (durée d’utilisation du surin prolongée, santé prolongée, écoute plus forte et prolongée, etc.) à l’aide de pilules trouvés sur votre chemin.

L’amélioration des armes se fait via des ateliers au nombre limité que vous trouverez au cours de votre aventure. A noter qu’il faut au préalable ramasser des pièces et que certaines améliorations ne peuvent être trouvés qu’après avoir trouvé des caisses à outils. Ces caisses sont au nombre de cinq et représentent en réalité différents paliers d’améliorations.

Quelque soit le mode de difficulté choisie, on trouve beaucoup plus de matériaux et d’objets dans certaines pièces bloquées par des portes verrouillées. Pour les ouvrir il faut utiliser un surin mais le jeu en vaut la chandelle. On notera aussi que ces matériaux ne sont pas disposés n’importe où, on trouvera par exemple un peu de chiffon dans une buanderie ou de l’alcool dans une cuisine. Selon moi ce genre de détails apportent une réelle profondeur au jeu.

Tous ces éléments tentent de refléter au maximum un comportement « réel » et on peut dire qu’ils sont parfaitement intégrés et mûrement réfléchis. Le fait de jouer en difficulté Survivant ou Réaliste accroît en plus ce sentiment de survie.

Test - The Last of Us Remastered - gameplay

Diversité et modes de jeu

On pourrait penser au premier abord que la diversité du jeu se fait notamment grâce à son mode multijoueur (ou Factions) mais il n’en est rien, les différents modes de difficulté disponibles (facile, normal, survivant, réaliste), le mode Nouvelle Partie Plus permettant de conserver l’ensemble des améliorations d’armes et des compétences de Joël, les différents paramètres de personnalisation dans le menu options (écoute, tutoriels, etc.) permettent de vivre le jeu comme on le souhaite. On peut aussi très bien par exemple commencer une partie en se disant, je termine le jeu en ne me faisant jamais repérer (ou dans la mesure du possible), en désactivant le mode écoute et en difficulté normale. Les possibilités sont donc infinies.

Sur PlayStation 3 j’ai fait le mode Réaliste bien après le mode Survivant (sur PlayStation 3), je n’ai pas vu de challenge supplémentaire sur ce DLC mais il faut avouer qu’ils constituent l’un ou l’autre un vrai défi. Sur PlayStation 4 je n’ai donc eu aucun mal à finir ce mode Réaliste. Le tout est savoir utiliser et conserver le peu d’objets que nous trouvons afin de pouvoir continuer car dans certains endroits, le combat est inévitable pour pouvoir progresser et si vous pouvez tuer furtivement les runners à mains nues, ce n’est pas le cas des claqueurs.

Du côté du mode multijoueur, on retrouve à l’heure actuelle trois modes :

  1. Raid sur les provisions
  2. Survivants
  3. Interrogatoire

Le premier est un mode classique sur l’on retrouve souvent dans les multijoueurs. Deux équipes s’affrontent en ayant au départ 20 points chacune. Un mort retire un point, la première équipe arrivant à 0 perd la partie.

Le second est également un grand classique. Dans ce mode qui se déroule en cinq manches victorieuses, il n’y a pas de réapparition. Pour gagner une manche il faut tuer les membres de l’équipe adverse. Il peut y avoir également des cas de matchs nuls.

Quant au troisième, le but est de réaliser des interrogatoires auprès des ennemis. Une fois mis à terre, il faut interroger l’ennemi avec la touche . Une fois 5 interrogatoires effectués, le coffre de l’ennemi apparaît sur l’écran. Le but est alors de le déverrouiller en appuyant . Pour déverrouiller un coffre il faut passer trois paliers. A noter que la vitesse d’ouverture augmente au fur et à mesure que le temps de la partie s’écoule.

Ces trois modes vous permettent dans tous les cas de gagner des rations pour nourrir la population de votre camp que vous pouvez choisir au début : Lucioles ou Chasseurs. Si vous arrivez au terme des 12 semaines de survie alors vous pourrez choisir un autre camp. A cela s’ajoute des missions vous permettant de gagner ou d’éviter de perdre trop de population. C’est vous qui choisissez les objectifs à réaliser parmi une longue série : ranimer des coéquipiers, faire des mises à terre à l’arc, au revolver, au fusil, etc., marquer les ennemis, etc. Il y a environ une vingtaine. Durant la mission les objectifs sont découpés en trois paliers. L’atteinte des paliers vous fera gagner de plus en plus de population ou au contraire vous évitera d’en perdre trop (selon la mission demandée).

En réalité une seule mission est dangereuse pour votre faction : celle où vous pouvez perdre 100% de votre population si vous n’atteignez pas le premier palier d’objectifs.

Enfin un système de paquetages (ou classes) vous permet de définir d’ajoute dans des emplacements les armes et compétences choisies. Plus votre niveau est élevé plus vous aurez des points pour choisir les armes les plus puissantes et compétences les plus intéressantes. Certaines de ces compétences possèdent d’ailleurs plusieurs niveaux. A noter qu’il existe des classes prédéfinies : commando, assistant, reconnaissance, etc.

Vous l’aurez compris, le mode multijoueur est assez varié et devra plaire à pas mal de personnes. Je ne vais pas m’attarder sur les éléments de personnalisation (casquettes, emblèmes, gestes de victoire, etc.) qui ne sont selon moi qu’un prétexte pour ne vendre que plus de tenues sous forme de DLC.

Test - The Last of Us Remastered - diversité et modes de jeux

Graphismes

Quand j’ai vu les images et vidéos du jeu sur PS4 et quand j’ai lancé le jeu pour la première fois je me suis dit : « il n’y a pas tant de différences que ça ». Ce n’est qu’hier en lançant le jeu sur PlayStation 3 que je me suis rendu compte du gap franchi. J’ai trouvé le jeu sur PlayStation 3 « moche » alors qu’il y a un an, je me disais « ouah quelle claque graphique ! ». Ces quelques mots résument bien le travail fourni par les équipes de Naughty Dog. Le jeu est plus fluide, les textures plus belles et les effets de lumière beaucoup plus immersifs.

On voit nettement l’amélioration apportée par le 60fps et le 1080p (qu’on nous avait promis à l’époque sur PlayStation 3 au passage). On peut donc saluer le travail de Naughty Dog sur ce point qui ne se sont pas contentés de nous fournir une pale copie de la version PlayStation 3. Personnellement je vais avoir du mal à repasser sur la version PS3 pour finir les trophées qu’il me manque.

Test - The Last of Us Remastered - graphismes

Bande-son et scénario

La bande-son reste toujours somptueuse. Pour la petite anecdote, l’auteur et compositeur Gustavo Santaolalla jouait volontairement les chansons avec une guitare désaccordée. Concernant Left Behind d’autres compositeurs comme Andrew Buresh, JD Mayer et Anthony Caruso se joindront à lui. J’adore la bande-son de ce jeu et elle reste ma préférée avec celle de Beyond Two Souls. Les compositions mélancoliques et parfois réellement tristes nous fait vraiment ressentir toutes les émotions des protagonistes principaux surtout dans les moments forts et importants du jeu.

J’ai vraiment été secoué par ce jeu d’autant qu’à la base je ne suis pas très survival horror. J’ai ressenti des émotions différentes que lorsque j’ai joué à Heavy Rain mais j’ai vraiment apprécié et le travail de composition des mélodies y est comme souvent pour quelque chose.

Concernant les sous-titres (Français) à part une faute, une mauvaise correspondance voix/textes et toujours le problème de décalage des voix dans la cut-scene avant le premier combat du jeu, il n’y a rien à signaler. Je trouve çà dommage que ce bug de décalage n’ai pas été réglé au fil des mises à jour et dans cette nouvelle version. C’est peut être parce qu’il ne concerne que les voix Françaises.

Test - The Last of Us Remastered - bande-son et scénario

Prix et durée de vie

Sorti un an après The Last of Us sur PlayStation 3, la version remastérisée sur PlayStation 4 inclut le jeu de base ainsi que les quatre extensions existantes à ce jour à savoir :

  • Left Behind : contenu solo qui narre entre autre les aventures d’Ellie se déroulant avant l’aventure principale.
  • Territoires récupérés : 4 cartes multijoueurs supplémentaires, nouvelles armes
  • Territoires abandonnés : 4 cartes multijoueurs supplémentaires, nouvelles armes
  • Mode réaliste : un mode de difficulté supplémentaire pour le solo et pour l’extension Left Behind

Actuellement au prix de 44.99€ sur le PlayStation Store, vous pouvez aussi le trouver à 39.99€ sur des sites comme Fnac ou Amazon (voir les liens partenaires plus bas). Le jeu propose une durée de vie plus que conséquente. Comptez des milliers d’heures sur le multijoueur si vous êtes un adepte et 20 heures pour le solo (en comptant 2-3 heures pour Left Behind). Si comme moi vous êtes un chasseur de trophées et un maniaque de la complétion à 100% alors ajouter encore plusieurs heures. Pour résumer The Last of Us Remastered possède un excellent rapport qualité/prix.

Test - The Last of Us Remastered - prix et durée de vie

Trophées

Les trophées sont à peu près identiques à ceux de la version PlayStation 3. Je ne comprends toujours pourquoi Naughty Dog a jugé nécessaire d’ajouter 10 trophées (si l’on compte le DLC Réaliste) liés aux différentes modes de difficulté et au mode Nouvelle Partie Plus. Heureusement que l’on peut débloquer les trophées des difficultés inférieures en jouant avec la difficulté la plus élevée.

On retrouvera les classiques trophées liés à la récolte de collectibles (pendentifs des lucioles, documents, objets, etc.). A noter que pour les DLC Territoires abandonnés et réclamés certains trophées ne vous demandent plus de faire 3 exécutions ou mises à terres sans mourir mais 4 exécutions ou mises à terres. Les morts ne sont pas prise en compte. Par conséquent c’est largement plus facile sur PlayStation 4 que sur PlayStation 3.

Comptez environ plus de 60 heures pour obtenir tous les trophées, DLC y compris.

Test - The Last of Us Remastered - trophées

Conclusion

The Last of Us Remastered fait parti de l’un de ces portages de plus qui fleurissent ces temps-ci sur PlayStation 4. Mais il faut avouer que celui-ci est particulièrement réussi notamment d’un point de vue graphique. Naugthy Dog a vraiment travaillé sur les décors, les personnages et les ambiances lumineuses et cela se ressent surtout si on fait la comparaison en même temps avec la version PS3. J’ai particulièrement apprécié le fait de jouer de nouveau à ce jeu et l’émotion était toujours présente, même après sept parties.

Je recommande vivement ce jeu pour ceux qui n’ont pas eu l’occasion de le tester sur PlayStation 3.

Ce que j’ai aimé :

  • Un prologue toujours aussi émouvant
  • Des graphismes plus beaux, un gameplay plus fluide
  • Un scénario toujours aussi exceptionnel
  • Une bande sonore majestueuse
  • L’insécurité et les surprises permanentes
  • Une difficulté bien dosée
  • Une durée de vie énorme
  • Un prix attrayant pour tout le contenu que le jeu inclut
  • Le mode photo

Ce que je n’ai pas aimé :

  • Bug de synchronisation des voix qui n’est toujours pas corrigé
  • Bug de lecture des artefacts et documents qui n’est toujours pas corrigé
  • 3 parties nécessaires pour améliorer complètement ses armes et ses compétences
  • Gros problèmes de matchmaking alors que c’était l’un des arguments de ventes de Naughty Dog pour cette version PS4
Cet article vous a plu ? Soyez sympa et partagez-le :)
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
2Share on Tumblr
Tumblr
0Email this to someone
email
Print this page
Print

Laisser un commentaire sur cet article

Vous voyez ce message parce que vous n'êtes pas connecté(e). Si vous postez un commentaire, celui-ci sera en attente de modération et ne sera pas visible immédiatement.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.