Marvel’s Spider-Man: Miles Morales est l’un des titres qui a eu l’honneur d’ouvrir le bal des titres présents au lineup de la PS5.

Ce test a été réalisé sur une version PS5 digitale? fournie par l’éditeur.

De Peter Parker à Miles Morales

Suite au succès retentissant du premier épisode (il aurait dépassé les 20 millions de ventes), Sony ne pouvait pas laisser de côté son héros emblématique, le bien nommé Spider-Man. Depuis plus de 10 ans maintenant, l’homme araignée est présent mondialement, au cinéma, dans les bibliothèques à travers les comics mais aussi dans l’univers vidéoludique. Si certaines adaptations n’ont pas eu l’écho souhaité, ce ne fut pas le cas de celle créée par Insomniac Games en 2018.

Les créateurs de Ratchet & Clank (dont un nouvel épisode est d’ailleurs prévu pour 2021) qui font désormais partie des PlayStation Studios, ne pouvaient pas en rester là et nous propose 2 ans plus tard, un spin-off, disponible dans le lineup de lancement de la toute nouvelle console de Sony (mais aussi sur PS4).

Dans celui-ci, on nous propose d’incarner Miles Morales, qui prend le relai sur Peter Parker. On avait déjà pu jouer avec Miles, dans le premier volet, au même titre que Mary Jane, mais il n’avait pas encore quelconque pouvoir. Ce n’est d’ailleurs qu’à la fin du premier opus que l’on voit Miles devenir lui aussi Spider-Man et par la même occasion un allié de taille Pour Peter.

Il est donc tout à fait normal que le début de Marvel’s Spider-Man : Miles Morales marque la passation de pouvoir entre les deux héros.

Même si le scénario met en exergue de nouveaux super vilains, en se permettant quelques subtiles adaptations, notamment au sujet de Tinkerer, j’ai trouvé qu’il n’y en avait pas suffisamment. L’histoire n’est pas franchement folichonne, le tout étant sans effets de surprise, même s’il faut bien l’avouer, tout est subliment mis en scène.

Fluide, rapide, sans transitions

Si Marvel’s Spider-Man premier du nom (sur PS4) était déjà impressionnant, le talent d’Insomniac Games se confirme avec Miles Morales. Les environnements sont à couper le souffle, le jeu a une dynamique folle. Visuellement et techniquement, c’est bluffant. Tout est fluide, rapide. On passe d’une cinématique à une scène normale, puis vient un combat et une nouvelle scène. Le tout est mis en scène de manière très hollywoodienne, à l’instar des films « Sony Pictures ». On sent que le studio voulait en mettre plein la vue pour ce lancement de console nouvelle génération.

Vous pouvez sélectionner un mode “fidélité” (4K + 30fps + Ray Tracing) ou un mode “performance” (4K + 60fps), dans les options graphiques du jeu. J’ai essayé les deux mais j’ai joué la majorité du temps en mode “fidélité”.

Depuis la semaine dernière, le jeu a bénéficié d’une mise à jour avec l’ajout d’une mode baptisé « Performance RT » (=performance Ray Tracing). Vous l’aurez compris, dans ce mode, vous pourrez profiter à la fois des 60fps et du Ray Tracing. Et pour couronner le tout, le Remastered du premier opus, bénéficie également de cette mise-à-jour.

De nouveaux pouvoirs, donc de nouvelles responsabilités ?

Très vite, vous apprendrez à utiliser le nouveau pouvoir de Miles Morales : la bio-électricité. Si le gameplay change un chouia, en ajoutant la composante de charge électrique (permettant de briser la défense de certains ennemis) ainsi que d’autres coups spéciaux liés au nouveau pouvoir de Miles, on reste sur les mêmes bases que son ainé avec des mécanismes d’esquive, de gadgets au nombre limité à utiliser en combat, de lancers d’objets et de combats directs au corps-au-corps.

Il est toujours possible d’apprendre de nouvelles compétences, via un arbre d’aptitudes découpé en 3 parties, permettant d’enchaîner les combos et de se débarrasser plus rapidement des ennemis. Comme avec son aîné, les gadgets sont brillamment introduits dans le scénario du jeu. Libre à vous ensuite de les utiliser ou non et de les améliorer en utilisant les jetons gagnés dans les nombreuses activités qui font elle aussi leur grand retour.

Parcourir les rues pour arrêter les crimes en cours, réaliser des quêtes annexes pour en apprendre plus sur le lore du jeu, ou ramasser les collectibles qui trainent ici et là, sont l’unes des nombreuses activités que vous aurez le loisir de faire dans Miles Morales. Petite nouveauté ici, l’utilisation d’une application (dans le jeu) créée par votre acolyte Ganke Lee, et qui permet de voir en un coup d’œil, les activités disponibles, la distance qui vous sépare d’elles et celles que vous avez déjà terminés.

On notera toutefois que les quêtes sont plus recherchées et mieux scénarisées que dans le premier épisode.

Un mot sur la DualSense :
C’est le premier jeu auquel j’ai joué sur PlayStation 5 et je dois dire avoir été surpris par les retours haptiques et les gâchettes adaptatives. Ces deux fonctionnalités nous placent vraiment en plein dans l’action. La technologie est vraiment maitrisée de bout en bout. J’ai rapidement fait un détour sur la version PS4, avec une DualShock 4 pour le coup, ça n’a plus rien n’a voir. La DualSense est vraiment au cœur du système PS5 et ça promet de belles choses pour l’avenir.

A des kilomètres de l’original ?

Miles Morales bénéficie d’une réalisation technique impressionnante. Tout est fluide et rapide, les transitions se font sans sourciller. Les décors, animations et autres effets (Ray Tracing) sont superbes. Mais cet opus est clairement un encas avant la sortie de Spider-Man 2 qui est probablement déjà en cours de production.

On notera que Miles Morales souffre d’un manque flagrant de nouveautés. La bio-électricité ne suffit pas à elle seule à rattraper le tout. J’ai trouvé l’histoire vraiment moyenne et j’aurai aimé voir plus de super-vilains. Et même si la durée de vie reste globalement correcte pour un spin-off, je suis personnellement resté sur ma faim.

Points positifs :

  • Nouveaux pouvoirs
  • Une bonne mise en scène
  • Excellente fluidité
  • Durée de vie globalement correcte
  • Une direction artistique convaincante
  • Toujours agréable de se balader de building en building

Points négatifs :

  • Manque de boss et super-vilains
  • Histoire moyenne
  • Beaucoup de déjà-vu
14/20

Laisser un commentaire sur cet article

Vous voyez ce message parce que vous n'êtes pas connecté(e). Si vous postez un commentaire, celui-ci sera en attente de modération et ne sera pas visible immédiatement.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.